Exprime-toi !

Dans cette page, tu trouveras des productions d’étudiants ne faisant pas partie du journal. Toi aussi tu peux participer.
Envoie un mail à webmaster.infocom.tlse@gmail.com, et nous essayerons de publier tes œuvres. Tu n’es pas obligé de les signer. Tu peux aussi prendre un nom d’auteur.

L’adieu au jour

Adieu le jour, adieu la nuit
Adieu vil monde aux mille ennuis
Je m’en vais naviguer et seul au crépuscule
J’ai au creux de mon cœur, la blessure du malheur

Je nous revoie encore, complices et heureux
A regarder l’étoile, le soleil dans tes yeux
Brillait au son
De nos deux cœur, qui contrant le trépas
M’empêchait je le sais de m’éloigner de toi

Horrible destin, horrible détresse
Qui déchainent en autrui
Amour et tendresse
Le soleil se voile et l’orage grondant
Chavire mon cœur, chante mon tourment

Et les flots sur ma peau
Acide et doux
Quitterons tous ces hommes, qui se plaignent de tout
Rejoindrons douces limbes, toucheront de leur cri
Mon âme meurtrie

Lorsque tu me verras allongé sur ce lit
Quand tes doigts toucheront mon cœur mort et froid
Souviens toi que toujours j’ai été là pour toi
Et oublie moi
Car sinon au creux de ton cœur
Tu auras toi aussi la blessure du malheur

Fabien Delrieu

Sombre clarté

Tommy Merlyn n’avait jamais vraiment eu ni beaucoup de problèmes ni beaucoup de scrupule dans la vie. Tout ce qu’il avait entrepris, que ce soit à l’école lorsqu’il rackettait ses copains jusqu’à la faculté ou il achetait les examens, avait aboutit à son succès. C’était un de ces hommes qui ne perdent aucune occasion pour montrer aux autres leur puissance et leur supériorité dans la société. Issu d’une famille pauvre, il avait bataillé toute sa vie pour la reconnaissance jusqu’à l’année 1999 ou il avait lancé son propre site Internet Wikireverse qui lui avait assuré le succès.

Il était maintenant serein et n’éprouvait plus aucun remord envers la façon dont il avait traité son ancien ami Jimbo. Ils s’étaient rencontrés à la fac et avaient tout de suite sympathisé. Brillants étudiants, ils avaient travaillé ensemble à la création d’une grande encyclopédie numérique en libre accès. Voyant peut-être là une occasion de trouver la gloire qu’il avait toujours désirée, Tommy avait volé impunément le projet de Jimbo et l’avait évincé. Pour parfaire son pouvoir, il avait voulu que cette encyclopédie soit totalement verrouillée et sécurisée. En effet, aucune page ne pouvait paraître sans son contrôle.

Un matin, Tommy fut curieux de consulter sa propre page Wikireverse et inscrivit son nom dans le moteur de recherche. La proposition indiquait : Tommy Merlyn. Cliquant sur le lien il tomba directement sur sa page et se mit à lire. Dans sa biographie était écrit : « Thomas Merlyn né le 9 octobre 1972 à Saint-Louis dans le Missouri, grand informaticien de renommée mondiale, diplômé d’Harvard, double doctorat en physique quantique et en création et gestion des entreprises. Il est notamment connu pour être le voleur de Wikireverse ». Tommy en resta stupéfait. C’est à cet instant qu’il reçu un message sur le forum accolé à sa page : « Alors, qui va rentrer dans la lumière maintenant ?» Indigné et furieux il cliqua sur le lien. C’est alors que l’écran devint tout noir. Soudain apparu un message: « Jimmy Wales alias Jimbo vous remercie d’avoir utilisé Soleil Noir ». Tommy compris alors que son ami lui avait envoyé un virus, sa vie était ruinée. Jimbo avait gagné et allait récupérer son bien.

Wikireverse était morte. Wikipedia pouvait alors naître.

Fabien Delrieu

Poème de vie, poème de mort

J’irai dans le brouillard, de la nuit et des champs,
Trouver dans la pâleur, les pauvres âmes du temps,
Et sans l’éclat du soleil, et les feux de l’enfer,
Penser aux bons moments des souvenirs trop courts.

Quand la chaleur d’autrui, viendra nous consumer,
Que les feux de Satan, brûleront dans mon âme,
Alors à cet instant je saurais d’évidence,
Que les anges sont diables, et les diables des anges.

De la force de l’âme, et du coeur qui s’emballe,
Quand les balles, perfides de l’amour bafoué
Vous heurte la poitrine et sans bruit vous détruises,
Vous perfore la vie et détraquent le coeur,
La blanche lumière du tunnel sans retour,
Nous paraît seule pouvoir éclairer la fin,
D’une trop longue vie et d’un amour trop court.

Fabien Delrieu