Idées de cadeaux de Noël insolites !

Nous sommes le lundi 18 décembre. Il vous reste donc une semaine pour finaliser vos achats de Noël. Si certains cadeaux ont été faciles à dénicher, d’autres semblent plus laborieux à trouver.
Alors voici une liste – non exhaustive – des cadeaux pour les cas désespérés (petits prix garantis !).

Pour votre oncle beauf : un ravissant nain de jardin aux couleurs patriotiques. Disponible chez La Chaise Longue pour la modique somme de 9,95 €, ce charmant nain de jardin saura ravir le cœur de votre tonton fan de football. Et puis, c’est bientôt la coupe du monde ! Un must have.
De plus, vous pouvez bénéficier de 5 % de réduction sans minimum d’achat en utilisant le code : MALIN
Supporter France, La Chaise Longue, 9,95 €

Pour votre petite sœur youtubeuse beauté : une serviette démaquillante réutilisable. Pour la modique somme de 19,90 €, elle découvrira enfin son visage au naturel. Réutilisable, cette serviette démaquillante aidera également à sauver la planète (pour compenser avec les baleines sacrifiées dans la fabrication son fond de teint).
Jusqu’à 25 % de réduction sur le site en utilisant le code : FRB2NOEL
Make Up Eraser, Sephora, 19,90 €

Pour votre cousine vegan : un kit pour faire pousser soi-même sa roquette. À elle la bonne salade parfum ver de terre. Et en plus, ce sera home-made, bio et local !
Sac à faire pousser roquette bio, Nature et Découvertes, 13 €

Enfin, pour tous les autres : offrez des chocolats. C’est bon, ça fait du bien au moral, et ça reste traditionnel.
Ferrero Rocher, environ 8,99 € en grande surface.

 

Swann Isern


Projet de fusion à Toulouse !

Ô étudiants de Toulouse ! Oserai-je dire… Ô  Toulousains ! Comme vous le savez, nous sommes plus ou moins sensibilisés à ce projet de fusion de nos institutions de Toulouse ! Pour la plupart alertés et mal informés ! Ça ne vous dit pas un article pour en parler ?

La fusion de toutes les universités et écoles de Toulouse est un projet qui remonte à plusieurs années. Il concerne pour l’instant : Toulouse 2 et Toulouse 3, INSA et INP.

L’intérêt de cette fusion ? Construire des établissements universitaires qui soient classés à l’échelle européenne et mondiale.

Grâce à ceci, Toulouse disposerait alors de subventions chiffrées à 25 millions d’euros par an. “Une fusion pour atteindre l’excellence” ? Le sens est-il d’aspirer à un projet commun pour offrir à toutes les communautés et acteurs de nouvelles opportunités ?  

Les aspects positifs :

Concernant le diplôme, il ne serait pas décerné par l’Institut National Polytechnique de Toulouse ou l’Université Paul Sabatier III mais par “l’Université” de Toulouse. Ce qui pourrait connoter une valeur plus forte ? Voire de nouvelles opportunités de mobilité pour les étudiants ? Mais pourquoi “ Université ” entre guillemets ?

Concrètement qu’est ce que cela changerait ? D’après l’université fédérale de Toulouse, “rien ne changerait”, les campus actuels persisteraient. Le but est, je cite, tenez-vous bien  “un regroupement au sein d’un grand établissement dont le statut dérogatoire permettrait de conserver une autonomie des membres, à travers le maintien de leur personnalité juridique.” À première vue, assez sympa non ?

 

Seulement, il y a là quelques appréhensions :

Et c’est là que l’on remarque les nombreuses mobilisations ! Hausse des frais de scolarité, asphyxie de budget entre les formations, sélection à l’entrée de toutes les filières, qui sait ce qu’il pourrait advenir ? Pour le syndicat étudiant Unef, le projet “constitue une menace pour nos d’études : économies sur le dos de nos formations, perte du statut d’université pour celui d’établissement dérogatoire qui permettrait de délivrer des diplômes aux frais d’inscription exorbitants…”.

Cette fusion est-elle alors gage d’élitisme de l’enseignement supérieur ?

Après ces quelques détails, on vous invite à vous exprimer ! Pour ou contre ce projet de fusion ?

Flore Grondin


Ho-Ho-Ho : 5 stands à voir au marché de Noël

J-10 avant Noël ! Et qui dit fêtes de fin d’année, dit repas consistants, kilos en trop, températures négatives… et, cela signifie surtout marché de Noël !

Eh oui, chaque année on n’y échappe pas, le marché de Noël est un incontournable. Tout d’abord, pour l’ambiance qui y règne, mais par-dessus tout, pour pouvoir manger et découvrir les stands. Nous sommes allés au marché de Noël, et après une grande réflexion, nous avons réalisé un TOP 5 des stands à voir absolument.

  1. LE STAND DES GUIRLANDES

Le principe est d’acheter des boules de la couleur de votre choix, pour ensuite confectionner votre propre guirlande. C’est une bonne idée de cadeaux à offrir ou même pour chez soi, car chaque guirlande est unique, et que le résultat est simple tout en restant très joli. De plus, le stand est repérable à des kilomètres puisqu’il est totalement recouvert d’une multitude de guirlandes illuminées.

  1. LE STAND DE BONNETS

De rigueur, avec le froid et le mauvais temps ces derniers jours, une jeune fille a installé un stand de bonnets. Leur particularité, mis à part leur design plus que parfait (oui j’ai eu un coup de cœur) est que le pompon du bonnet est interchangeable. Ainsi lors de l’achat d’un bonnet, on vous offre trois pompons de votre choix, que vous pouvez clipser sur votre tête selon vos envies.

  1. LE STAND D’OBJETS EN CUIR

Un stand à admirer… Je suis passée devant celui-ci à de nombreuses reprises et à chaque fois, je n’ai eu d’autres choix que de m’y arrêter… C’est un stand qui présente des objets en cuir tels que des cartables, mais avant tout des carnets. Ces derniers ont une couverture en cuir, avec de magnifiques détails faisant penser à des carnets de voyage, que l’on emporterait pour une aventure… Ce stand en vaut le détour!

  1. LE STAND DES HAMBURGERS “OCCITANS”

Passons maintenant aux choses sérieuses. Je suis venue, j’ai vu, j’ai goûté. Comment parler du marché de Noël sans parler de nourriture ? J’ai décidé de parler d’un seul stand que j’ai testé. Celui-ci vous prépare des hamburgers « occitans ». Ils donnent envie juste à leur noms (en patois), et je peux vous l’assurer, ils sont aussi bons qu’ils en ont l’air. Se balader dans le marché de Noël avec ce burger a juste été un délice. D’autant plus que le prix reste très abordable.

  1. LE STAND DES BALLONS DE RUGBY

Nous y voilà enfin ! L’incontournable à voir cette année, représente à mon avis parfaitement le Sud-ouest… J’ai l’honneur de remettre ce prix à un stand, qui, lisez bien, présente des ballons de rugby tout cuir. Oui, oui. Alors même si le rugby et moi ce n’est pas l’amour fou, j’ai dû rester au moins 30 minutes devant ce stand à regarder ces ballons. Faites-y un détour, ça en vaut la peine !

Voilà pour ce top 5 des meilleurs stands du marché de Noël. Je vous rappelle que ce dernier se situe place du Capitole, jusqu’au 26 décembre, alors ne tardez pas si vous n’y avez pas encore fait un tour !

Sélène Llamas


ENTREZ DANS LA MÊLÉE AU PAYS DE L’OVALE

Le Stade Toulousain. Celui qui habiterait Toulouse et ne connaîtrait pas ce club serait soit un « no-life », soit un inculte. Le club est omni présent à Toulouse tous les jours de la semaine et les soirs de matchs. Curios’IUT se devait de les approcher pour vous.

Un club historique à la réputation européenne…

Logo Stade

Club le plus titré de France (19 titres de champion de France, appelés Boucliers de Brennus) et d’Europe (4 sacres européens de la H Cup), le Stade est tombé depuis son dernier titre en 2012, dans une période de disette que les supporters n’avaient pas anticipée et ont peu appréciée.

L’arrivée du nouveau président Didier Lacroix tente de régler ce problème, notamment grâce à une nouvelle approche sportive, ainsi que de réfléchir à une nouvelle manière de regagner des supporters et spécialement des étudiants, très présents dans notre ville rose, afin de faire du stade Ernest Wallon une place forte rouge et noire…

…Se rapprochant des étudiants.

Stade

Les études, c’est bien mais je trouve le sport plus intéressant (mais pas plus important 😉). Et le Stade l’a compris. Fort de son expérience, il s’est tourné vers un public plus jeune : les étudiants de Toulouse. Et pour les convaincre, il a mis en place des offres dédiées pour certains matchs, et spécialement les grandes rencontres. Le but étant de faire du Stade le club de cœur de chaque étudiant. Sont aussi organisés des animations lors de certains matchs, pour en faire de véritables expériences.
Ils ont aussi commencé des programmes de fidélité avec les BDE, fonctionnant sur un système de points, avec des récompenses à la clé ainsi que des prises de paroles. Des opérations spéciales sont par ailleurs prévues pour certains gros matchs comme celui de Lyon, Montpellier et le Racing.
StadePar ailleurs, le Stade a de nombreux partenariats avec les universités et écoles supérieures de Toulouse, notamment avec l’UPS.
Enfin, il ne faut pas oublier que certains joueurs font des études différentes, et le Stade a développé notamment pour le centre de formation des emplois du temps aménagés, pour allier le rugby et les études grâce à un accompagnement spécialisé. Le but étant de former « la tête et les jambes ».
Alors allez le Stade !!

Jean-Philippe Roger


TV TIME : A VOUS LE POUVOIR DE SPOILER

En pleine période de rentrée des séries, il est difficile de savoir à quel épisode de quelle saison on s’est arrêté et surtout quand va sortir la nouvelle saison.
Alors au lieu de vous faire un calendrier, on vous a trouvé une application iPhone et Android qui vous permet de suivre toutes vos séries. Son nom : TV Time !
Pourquoi c’est cool :

tv time

Avoir un profil personnalisé :

L’application est gratuite. Il vous suffit de rentrer des identifiants, un mot de passe… enfin tout le tralala habituel d’inscription. Une fois cette étape passée, vous sélectionnez toutes les séries que vous avez vues, aimées, pas commencées… Vous vous faites votre petite liste en quelques clics.
Pour chaque série, vous indiquez à quel épisode de quelle saison vous êtes : réservez votre soirée, ça peut être long pour certains.
Petit bonus : l’application convertit le nombre d’épisodes vus en temps passé à regarder des séries. Personne ne vous jugera, promis.

Rester à la page :

« L’épisode est sorti hier, tu ne le savais pas ? » = FINI !
☞ La rubrique « À venir » :
C’est magique : l’application vous alerte à chaque parution d’un nouvel épisode d’une série que vous suivez. Alors, oui, on le précise, si vous n’activez pas les notifications, tout tombe à l’eau.
☞ La rubrique « À voir » :
Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? Parfait. Cette rubrique vous fait une liste de tous les épisodes que vous n’avez pas encore regardés ou des séries que vous avez oubliées avec le temps. Alors arrêtez de zapper les programmes TV, vous avez plein de séries à rattraper !à chaud :

Voir les réactions à chaud :

C’est simple, il va devenir votre meilleur ami !
Vous connaissez tous ces GIFs, photos, et autres commentaires bien drôles qui envahissent les pages d’actualité des réseaux sociaux ? Malheureusement, il arrive de tomber sur un tweet ou une image qui vous en dit un peu trop sur un épisode que vous n’avez pas encore vu : c’est l’un des plus puissants sentiments d’impuissance face au web. Vous pouvez directement y avoir accès en fonction de l’épisode que vous avez visionné (on dit bye bye aux spoils).

Rester ouvert aux découvertes :

L’application analyse le type de séries que vous visionnez et vous en propose d’autres semblables. Il n’est donc pas impossible de tomber sur une pépite que personne ne connaît et de partager cette découverte avec vos amis qui vous devrons une reconnaissance éternelle.

Garder une vie privée :

Si on assume tous de regarder de grandes séries telles que Game Of Thrones, The Walking Dead, Narcos et autres, il n’en est pas de même pour les séries visionnées en secret. Tous les internautes de l’application ont accès à votre profil, et voient donc toutes les séries que vous visionnez. Heureusement, il y a un moyen de suivre une série sans qu’elle ne s’affiche sur votre espace personnel. On en a tous au moins une, alors respirez un grand coup, cachez tout ça et continuer de vous faire plaisir.

Lola Xerri


LA BOITE A LIRE: VOUS N’ACHETEREZ PLUS JAMAIS DE LIVRES !

Qu’elles possèdent la forme d’un petit chalet en bois, un design moderne ou l’allure d’une grosse boîte remplie de livres, les boîtes à lire s’implantent un peu partout dans le paysage français, et le concept se développe de plus en plus au niveau de notre belle ville Rose.

Le Concept:

Les boites à lire sont des lieux d’échange et d’accès à la culture pour tous. Placées dans des lieux de passage, des jardins publics, près de monuments, ou encore dans votre centre commercial, leurs formes varient, mais le concept reste le même : un échange littéraire ouvert à tous, et complètement gratuit.
Il vous suffit d’emmener des ouvrages qui n’ont plus d’utilité, ou tout simplement que vous avez adoré et que vous souhaitez partager. Puis, de les déposer ensuite dans ces fameuses boîtes à lire, et en échange, vous pouvez repartir avec les ouvrages de votre choix. C’est simple, gratuit, basé sur la confiance et le partage, car personne ne « gère » ces boites : elles sont en libre-accès.
© Crédit : Pixabay

Où est-ce que je les trouve ?

La France entière possède des boites à lire, et il existe même un site où vous pouvez trouver celles qui sont le plus proche de chez vous (le site boite-a-lire.com).

Et à Toulouse ?

Toulouse possède déjà 15 boîtes réparties un peu partout dans ses quartiers (Les Carmes/ Capitole, St Cyprien, Bonhoure/Côte Pavé, Jolimont/Gramont…) et a annoncé l’ouverture de 12 nouvelles boites, d’ici la fin de l’année (encore une fois, n’hésitez pas à consulter le site boite-a-lire.com pour voir où elles sont disposées dans la ville de Toulouse).
Notre quartier de Rangueil en possède d’ailleurs une : 3 chemin des Clotasses – 31400 Toulouse.

Pourquoi ce concept est cool ?

Parce que vos lectures ne vous coûteront plus un euro. Parce qu’il y en a pour tout le monde, et pour tous les goûts. Parce qu’il y en a partout en France, et que vous pouvez emprunter ou déposer des livres dans n’importe quelle boîte. Parce que c’est basé sur le
partage. Et puis, c’est sympa de faire découvrir aux autres des lectures que l’on a appréciées, non ?

Amélie Grimal


L’IMPROVISATION LUDI…QUE

« L’esprit d’improvisation est un défi au sens créateur » Charlie Chaplin

LUDI

Le mercredi 11 octobre, « la Ludi » nous a accueillie dans ses locaux pour nous faire découvrir l’univers ou plutôt les différents univers que présentent le théâtre d’improvisation. Présidée par Pierre Poitier, la Ludi offre à ses membres la possibilité d’exploiter toute leur créativité dans une ambiance bon enfant et conviviale. Nous avons interrogé quelques-uns de leurs membres et assisté à un match d’improvisation le lendemain.
Je vous propose de découvrir tout ça dans notre reportage ci-dessous.

Site web : luditoulouse.org
Page Facebook : LUDItoulouse

Séverine Theme


J-27 AVANT L’ARRIVEE DE LA 4G DANS LE METRO DE LA VILLE ROSE !

Vous l’attendiez ? Elle arrive enfin ! La 4G débarque dans le métro toulousain le 10 Novembre 2017 !
La mairie de Toulouse s’est mobilisée pour que les toulousains puissent enfin profiter du réseau dans le métro.

metroCependant, ne l’oublions pas, qui dit 4G dit… conversation téléphonique ! Vous pouvez donc dire adieu à vos seules minutes de tranquillité dans la journée, et bonjour à toutes les personnes sans éducation qui parlent (et parfois crient) au téléphone, comme si elles étaient seules dans la rame. Quelques règles de cohabitation devront donc être instaurées.
Alors s’il-vous plait, ne faites pas partie de cette catégorie d’individus ; ayez un minimum de respect pour votre entourage, et votre entourage vous le rendra !

Mais voyons le bon côté des choses :

Dans quelques jours, il vous sera possible d’écouter votre musique via YouTube, de répondre à vos mails ou à vos SMS, de regarder le dernier épisode de votre série préférée avant d’arriver à l’IUT, ou encore de souhaiter une bonne journée à votre grand-mère !

Fini les longs moments de solitude à nous regarder dans la vitre du métro toulousain, qui d’ailleurs nous grossi, soit dit en passant !
Vous aurez désormais la possibilité de prévenir vos amis d’un (éventuel) retard au premier cours de 09:00h ! Comme c’est pratique !
Allez, patience les geeks, plus que trois semaines à tenir !
© Crédit : milkshakeofideas

Tristan Herment


FOCUS SUR L’ASSOCIATION INFORMATIQUE COMPUT’YOURSELF

Etant moi-même étudiante l’IUT Paul Sabatier, je ne connais pas toutes les associations qui sont présentes sur le campus. C’est pourquoi je vous propose une série d’articles présentant les différentes associations de l’université. Aujourd’hui nous allons nous focaliser sur l’association informatique Comput’yourself.
Créée en 2008, cette association étudiante a pour but de promouvoir l’utilisation des logiciels libres et d’apporter un soutien technique aux étudiants. Située au local « Paul associatif » route de Narbonne, elle propose tous les mercredi après-midi un atelier réparation durant lequel les étudiants vous expliqueront, dans la mesure de leurs connaissances, comment réparer ou debugger votre ordinateur.
Cette notion d’accompagnement est primordiale pour les membres du groupe, qui souhaitent que les étudiants soient capables de devenir autonome dans le cas où ils rencontreraient à nouveau des problèmes informatiques.
Outre la réparation, les membres peuvent, sur votre demande, organiser un cours d’informatique sur les langages de programmation par exemple.

Au cours de l’année, l’association participe également au Ludum dare. Il s’agit d’un petit concours international durant lequel des équipes amateurs ont 72h pour programmer un jeu et le diffuser sur le site, le meilleur jeu étant voté par les membres de la communauté. Généralement, les équipes sont composées de 4 à 10 membres.
L’année dernière, l’association a proposé un petit jeu programmé sur le logiciel Unity et animé sur Blender. Ils n’ont malheureusement pas gagné faute de visibilité sur le site mais, selon le président, l’intérêt principal de ce concours réside avant tout dans la motivation que procure la résolution rapide d’un projet et dans la possibilité de bien intégrer les nouveaux membres au sein de l’association. En effet, même si ces derniers n’ont pas forcément beaucoup de connaissances en informatique, les plus anciens vont leur donner une petite tache à réaliser comme créer l’animation d’un personnage par exemple.
Pour les passionnés de jeux vidéo, l’association organise également des lan dans le courant de l’année.

Si l’association est principalement constituée d’étudiants en informatique, elle reste ouverte à tous les autres membres de l’université. Alors si vous vous sentez l’âme d’un informaticien, que vous soyez passionnés de jeux vidéo ou tout simplement curieux, n’hésitez pas à passer les voir.

Séverine Theme



RENCONTRE AVEC DES ETUDIANTS ERASMUS

Nous avons eu l’occasion d’apprendre à connaître quatre étudiants, tout juste arrivés en France : Yeray et Javier (Espagnols), Giulia ainsi que Roberta (Italiennes). Tous sont venus grâce à Erasmus, un programme d’échange européen.
« Je suis ici, à Toulouse, en train de découvrir la Ville Rose, qui pour le moment, me plaît beaucoup. » – Javier
Pour tout le monde, Erasmus est synonyme d’expérience, d’aventure. Ce ne sont pas seulement de nouveaux cours que nous découvrons, mais aussi de nouvelles personnes, notamment pour faire la fête, comme nous l’a confié Yeray. Pourtant cela signifie également partir seul, dans un pays qu’on ne connaît pas forcément, loin de nos proches et de nos habitudes. Aucun de ces quatre étudiants n’avait séjourné à Toulouse, auparavant. Rassurez-vous, tous ont le sourire et même s’ils ne se considèrent pas entièrement intégrés, ce n’est qu’une question de jours !

Une virée Toulousaine version Italienne

Un vendredi après-midi, sous un temps capricieux, nous avons décidé d’aller nous balader avec Giulia et Roberta. Pour faire plus ample connaissance, nous sommes allées déguster une crêpe dans un endroit incontournable pour nous : Le Sherpa, à mi-chemin entre le Capitole et la Basilique Saint- Sernin. Nous attendions notre commande, lorsqu’elles nous ont fait part de leur vision de la France et de la langue française, qu’elles voient comme « raffinée ». erasmusAlors qu’un homme s’écriant « Putain ! Merde ! » passait, nous nous sommes excusées de cette impolitesse auprès de nos amies qui nous ont avoué trouver ça « classe ». En effet, « même les gros mots français sonnent bien ». Nous avons découvert que les Italiens étaient informés de l’actualité française. Giulia et Roberta nous ont même donné leur avis, un avis très tranché, sur le paysage politique français, alors que de notre côté nous n’étions même pas en mesure de citer le nom du président italien. Nous avons pris conscience qu’elles se sentaient concernées par notre pays. Elles sont d’ailleurs très bien intégrées, par exemple elles possèdent déjà leur carte pastel ! Une fois servies, nous avons pu constater, au plus grand étonnement de Roberta, un décalage culturel. Celle-ci avait commandé « une crêpe à la noisette », malgré la mise en garde du serveur comme quoi ce serait très sec. Malheureusement, elle s’attendait à une crêpe à la pâte à tartiner, et non à des noisettes concassées. Si d’autres italiens Erasmus lisent cet article, soyez prudents !
Au-delà d’une belle après-midi passée en bonne compagnie, cette entrevue nous a permis de nous rendre compte de l’importance de faire de nouvelles rencontres et de s’intéresser à de nouvelles cultures. N’hésitez pas à aller faire connaissance avec ces personnes intéressantes, souriantes et qui ne demandent qu’à créer des liens ! Nous vous laissons sur la citation qu’a partagée Giulia avec nous :
erasmus
Cet article n’est en aucun cas une présentation détaillée du programme Erasmus, mais une immersion auprès d’étudiants de ce programme.

Charlotte Souillé & Kara Marcassus