Tout va bien Orelsan ?

Certains d’entre vous le savent peut-être mais le rappeur Orelsan a performé ce dimanche 11 mars 2018 au Zénith de Toulouse à l’occasion de sa tournée.

Orelsan est connu pour ses textes travaillés, engagés mais surtout pleins de messages cachés et de sous-entendus.

Je vous propose alors aujourd’hui une analyse d’un des titres de son dernier album.

« Tout va bien »

” Tout va bien ” est le quatrième morceau extrait de l’album ” La fête est fini ” d’Orelsan, sorti le 20 octobre 2017. Ce son a été co-produit par Skread et Stromae !

Dors 
Dors 

Le titre commence par la répétition de l’injonction « Dors ». Ainsi il demande à l’enfant, à qui il s’adresse tout au long de la chanson, de continuer à dormir, de continuer à fermer les yeux. En dormant il ne se rendra donc pas compte des problèmes de la société qui l’entoure.

Si le monsieur dort dehors, c’est qu’il aime le bruit des voitures 
S’il s’amuse à faire le mort, c’est qu’il joue avec les statues 
Et si, un jour, il a disparu, c’est qu’il est devenu millionnaire 
C’est qu’il est sûrement sur une île avec un palmier dans sa bière 

Ce premier couplet fait référence aux problèmes des SDF. Il dresse alors un portrait idéalisé afin de répondre aux questions sous-entendues par l’enfant. Malheureusement, pour nous la réalité nous saute aux yeux : Si le monsieur dort dehors c’est qu’il n’a pas d’autre choix, il est possible qu’il ne « s’amuse » pas à faire le mort et si un jour il disparaît, au mieux il s’est fait chasser par la police, au pire, il est décédé.

[Refrain]
Tout va bien, tout va bien 
Petit, tout va bien, tout va bien 
Tout va bien, petit, tout va bien 
Tout va bien, tout va bien 

Le refrain reflète très bien ce sens ironique qu’on retrouve tout au long de la chanson. Orelsan tente de bercer le jeune garçon afin de le rassurer. Étant encore très jeune, il est facile de lui faire croire de pareilles histoires.

Si la voisine crie très fort, c’est qu’elle a pas bien entendu 
Si elle a du bleu sur le corps, c’est qu’elle a joué dans la peinture 
Et si, un jour, elle a disparu, c’est qu’elle est partie en lune de miel 
En attendant les jours de pluie, elle met ses lunettes de soleil 

Ce deuxième couplet s’attaque aux cas de violences conjugales, afin de ne pas brusquer l’enfant, il parle de cette femme battue avec beaucoup de légèreté. Encore une fois il lui cache la réalité : Si elle crie c’est peut-être qu’elle essaye de se débattre, ses bleus ne sont pas le résultat d’un jeu, et si elle disparaît elle s’est probablement enfuie ou alors elle aurait succombé aux blessures.

[Refrain]
Si les Hommes se tirent dessus, c’est qu’y’a des vaccins dans les balles 
Et, si les bâtiments explosent, c’est pour fabriquer des étoiles 
Et si, un jour, ils ont disparu, c’est qu’ils s’amusaient tellement bien 
Qu’ils sont partis loin faire une ronde, tous en treillis, main dans la main 


Le dernier couplet décrit ainsi une scène de guerre, mais toujours avec beaucoup de délicatesse et d’insouciance.  La fabrication des étoiles pourrait être une référence à la croyance qui dit que lorsqu’une personne meurt elle devient une étoile, donc les bâtiments qui explosent (en temps de guerre) fabriquent des étoiles, c’est-à-dire des morts.

[Refrain]
Dors 
Dors

Dans ce texte, le rappeur dénonce l’hypocrisie de notre société qui semble fermer les yeux sur les problèmes de précarité, de violences conjugales ou encore sur la guerre.

Plus on avance dans la chanson, et plus l’on en vient à se demander si c’est l’enfant qui pose des questions ou alors si ce n’est pas aussi l’adulte qui cherche à relativiser et qui se ment à lui-même pour ne plus voir.

Le petit + :

Pour le clip de cette chanson, Orelsan se met en scène au côté d’un petit garçon ukrainien. A la fin du clip, l’enfant s’exprime alors dans sa langue natale. Ses propos sont alors traduits en français : Tout va bien. Jusque là tout va bien !

Ce n’est que quelques semaines plus tard sur la twittosphère, que l’on apprend que l’enfant dit en vérité « Ne croyez pas tout ce qui est écrit ». Cette information a été par la suite confirmé par Orelsan.

Paula MOREAU


“L’équilibre parfait”

Alerte bonne nouvelle ! Le 5ème album du groupe Kyo, Dans la peau est enfin sorti et cela depuis le 8 décembre ! Depuis l’annonce de sa sortie, cet album était attendu sur la scène pop-rock française.

Si Kyo compte parmi les groupes phares français, il est surtout parmi les rares qui ont réussi à tenir sur la longueur.

Le 4ème album du groupe, sorti en 2014, avait déjà été un grand succès. Après une pause de près de 10 ans, il marquait le retour d’un groupe attendu.

D’après Benoît, le chanteur, ils avaient besoin de cette pause mais surtout ils ne voulaient pas forcer le succès. Après de tels succès (comme l’ont été les deux premiers albums) et, la pression du métier, ils ont eu besoin de cette longue pause avant de revenir en force avec L’équilibre.

D’ailleurs, dix ans après, le public est toujours au rendez-vous. Les fans ont suivi le groupe et ont grandi avec eux. Ils peuvent être fiers de voir que les fans de la première heure viennent aujourd’hui avec leurs enfants et que leur musique touche désormais plusieurs générations.

Avec Dans la peau, on retrouve les sonorités pop du début des années 2000 qui ont marqué le triomphe du groupe. Peut-être est-ce ça le secret d’un album réussi ? Rappeler des souvenirs.

 

Alors oui, les membres du groupe et les fans ont grandi, les textes ont évolué, mais subsiste cette marque de fabrique de Kyo qui fait du bien.

Dès les premiers accords de « Ton Mec », le premier extrait de l’album, on reconnait le groupe et on sait qu’ils sont bien là. Les membres affirment qu’ils veulent prendre le temps de produire des albums dont ils sont fiers. Ils ne veulent pas se contenter de sortir des albums pour les bâcler.

Les paroles de ces nouvelles chansons nous le prouvent. Benoît a toujours ce style bien à lui et des paroles recherchées.

Pour eux, le point vital pour leur inspiration est de rester bien ancré dans la réalité, de s’inspirer de leurs expériences, de leurs ressentis et émotions. C’est la base de leurs textes et sûrement ce qui touche le plus les fans car la plupart peuvent se reconnaître dedans.

Ils étaient déjà passés sur la scène du Bikini à Ramonville en 2014 et, seront de retour le 8 novembre 2018.  Prêts pour aller danser sur ce nouvel album ?

Margaux Ch


EMINEM IS BACK IN THE GAME

Après quatre longues années, Eminem prépare son come-back. S’il reste bien discret quant à la date de sortie de son nouvel album « Revival », le roi du rap devient aussi le roi du buzz ; rendant les fans complètement fous.
Alors voilà un petit récapitulatif des dernières actualités :

« Walk on Water » : le premier morceau diffusé.

Le ton est donné. Pour ce premier extrait de l’album « Revival », Eminem dévoile un single avec Beyoncé. Ce titre, produit par Docteur Dre, symbolise le grand retour du rappeur maintenant âgé de 45 ans. Les textes sont matures, l’instrumentale est simple, la voix de la Queen B est suave : que demander de plus ?
Publiée sur Youtube le 10 novembre, soit vendredi dernier, la vidéo a déjà atteint plus de 16 millions de vues.

Son freestyle Anti-Trump :

Souvenez-vous, c’était le 10 octobre 2017, durant la cérémonie des BET Hip-Hop Awards, qu’Eminem diffuse son clip « The Slim Shady » dans lequel il s’attaque à Donald Trump. À travers cette performance, le rappeur, actuellement toujours en tête des meilleures ventes de rap, qualifie le 45ième président des Etats-Unis de « kamikaze, qui va probablement déclencher un holocauste nucléaire ». Ce n’est pas tout, ce clip fait également passer un ultimatum à tous ses fans : « Tu es un de mes fans et tu le soutiens, c’est la ligne rouge. Tu es pour ou contre ». Alors voilà, coup de gueule ? Coup de communication ? Les deux ? Personne ne sait. Mais une chose est sûre, Eminem sera plus impliqué que jamais dans la vie politique.
On vous rafraîchit la mémoire en un clic :

La rumeur qui a affolé la toile :

Il y a maintenant quelques mois, la rumeur concernant la sortie du neuvième album tant attendu d’Eminem faisait la une des tabloïds. Les fans, déjà à cran, ont dû faire face au plus grand ascenseur émotionnel jamais connu. Qu’est-ce que ça veut dire ? Ils sont passés de l’excitation la plus totale à l’immense déception. L’auteur de tous ces maux est Denaun Porter – alias Mr Porter – qui avait annoncé en Facebook Live : « Est-ce-que je suis en train de bosser sur le nouvel album d’Eminem ? Non, on a fini. ».
C’était un troll. L’artiste s’est rattrapé dans un article paru le 4 octobre dernier : « Je ne serai jamais la personne qui donnera ce genre d’information […] mais je peux faire le troll ». Il voulait juste « troller les trolls » soit « faire marcher les internautes ».
Voilà comment donner un petit coup de pression supplémentaire aux fans.

Lola Xerri