Happy Valentine’s Day

Oui, cette année encore, vous n’y échapperez pas : Le jour exclusivement dédié aux bécotages en public et aux cadeaux tous mignons arrive à grand pas. À cette occasion, nous voulons vous faire découvrir la Saint-Valentin sous un autre angle, pour que cette célébration d’apparence ordinaire, prenne une toute autre ampleur. Nous vous faisons voyager afin de découvrir comment la Saint-Valentin est célébrée aux quatre coins du globe.
Vietnam : un concours de baisers est tenu à l’occasion. Il consiste à s’enlacer le plus longtemps possible avec son ou sa conjoint(e)… et cela peut durer des heures !
Ecosse : La tradition souhaite que la première personne du sexe opposé que nous croisons devienne notre partenaire pour cette journée seulement.
Chine : Il y a deux fêtes pour célébrer l’amour : La Saint-Valentin, avec la particularité d’offrir des cadeaux qui doivent pouvoir se porter, et le « Qi qiao jie » (on ne vous en veut pas si vous n’essayez pas de le prononcer) qui se tient le 7ème jour de la 7ème lune, soit en Août. En ce jour, les jeunes femmes montrent leurs qualités de bonnes épouses.
Arabie Saoudite : Alors que cette fête est si populaire en Occident, depuis 2008 l’Arabie Saoudite interdit de fêter la Saint-Valentin, jugée contraire aux valeurs du pays. Ainsi, tout commerçant qui vend un produit rouge ce jour-ci se verra sanctionné.
Japon : Deux jours sont consacrés à l’amour : le 14 février où les femmes qui doivent offrir des chocolats à leur conjoint et collègues, et le 14 mars, nommé « white day », où ce sont aux hommes d’offrir des présents.
Corée du Sud : Tout comme au Japon, ses habitants fêtent la saint-valentin et le « white day », mais se rajoute à celles-ci une troisième date. Le 14 avril, est célébré le « black day », soit un jour dédié aux célibataires.
Irak : pour ce jour spécifique, Bagdad se voit recouverte de rouge, tous les commerces se mettent à la couleur de l’amour.

Sélène Llamas


Petits plaisirs gustatifs

Je suis sure que beaucoup d’entre vous n’en avez pas encore entendu parler, mais Popeyes Louisiana Kitchen, une chaîne de fast-food américain, grande rivale de l’enseigne KFC (Kentucky Fried Chicken), s’installe en France. Et je vous laisse deviner où le premier restaurant va s’implanter…
Et oui ! Pour notre plus grand plaisir, le premier Popeyes Louisiana Kitchen de France s’installera à Toulouse, plus précisément le 8 Février à Roques-sur-Garonne. Un autre restaurant de la chaîne s’ouvrira à Montpellier en suivant, le 12 février prochain.
Nous aurons donc encore plus de quoi ravir nos papilles, en découvrant de nouveaux menus composés quasiment exclusivement de poulet. Les autres fast-food déjà présents sur Toulouse n’auront qu’à bien se tenir, cette nouvelle enseigne risque bien de remettre en question la notoriété de ces-derniers. Car il ne faut pas oublier que la réputation de cette chaîne n’est plus à faire aux Etats-Unis.
Pour ceux qui n’aiment pas les fast-food et préfèrent les mets plus « distingués », il y a aussi une bonne nouvelle pour vous : une société nommée SushI’n’roll, provenant de l’Ariège, débarquera à Toulouse d’ici la fin 2018.

Pourquoi cela est intéressant pour vous, me demandez-vous ? Ceux-ci souhaitent démocratiser le sushi. Ils comptent mettre proposer des plateaux à prix bien plus bas que ceux dont nous nous sommes accoutumés. En effet, le plateau coûterait approximativement la moitié du prix affiché chez les autres restaurants de sushi. De quoi nous laisser rêveurs, non ?
Enfin, toujours dans le registre japonais, un autre restaurant à ouvert le 24 février dernier. Celui-ci ne propose que des plats traditionnels japonais à base de ramens. Les sushis, makis, sashimis, california rolls et autres mets « incontournables » des restaurant japonais que nous connaissons sont donc exclus de la carte. En effet, au Japon, les sushis sont un plat de luxe, et on n’en mange que très rarement. Il en va donc de soi de varier les plats et de nous faire découvrir un peu plus de la culture gastronomique du pays du soleil levant. Allez donc vous sustenter au Fufu Japanese Noodle Bar, 32 rue Sainte-Ursule à Toulouse.
En espérant vous avoir mis l’eau à bouche : Bon appétit (si toutefois c’est l’heure pour vous de manger) ! Itadakimasu !

Chloé MARCEL


La raclette joue les prolongations !

Nous sommes le 19 janvier et vous regrettez déjà d’avoir rangé votre appareil à raclette. C’est avec nostalgie que vous fixez le carton qui renferme le Graal, nous sommes tous dans le même cas.

Mais pas de panique, le CURIOS’IUT a la solution de secours. 

Le restaurant éphémère 100% raclette qui se trouve place du Capitole vous propose de lui faire vos derniers adieux avant l’arrivée des beaux jours. Madame Raclette joue donc les prolongations jusqu’au dimanche 28 janvier 2018.

Je vois déjà le petit sourire triomphant qui se dessine sur vos visages…

Une raclette, d’accord. Mais une raclette avec du fromage de qualité, cela ne se refuse pas !

Pour les personnes qui ne raffolent pas de charcuterie, du saumon fumé est même proposé. Ne tardez pas, jusqu’à fin janvier, le menu est à 19,50 au lieu de 21. Il comporte une entrée au choix, velouté de potimarron ou une salade ainsi que la fameuse raclette en plat de résistance.

Une envie de raclette nocturne ? Madame Raclette est ouvert jusqu’à 23h30, pour les moins couche-tard, c’est à partir de 11h45 que le restaurant ouvre ses portes.

Eulalie Hienne


Le Roi du Burger s’installe en centre-ville ?

C’est officiel ! Encore deux semaines avant la fermeture définitive du Quick de Jean Jaurès, Place Wilson. En effet, dès le 7 janvier prochain, le restaurant va fermer ses portes pour rouvrir avant l’été en tant que Burger King. La chaîne ayant déjà ouvert 4 restaurants dans l’agglomération toulousaine à St-Orens, Labège, Fenouillet et Portet-Sur-Garonne, va cette fois-ci s’implanter en centre-ville, avec l’ouverture d’une franchise en face de la Fnac !

Mais pourquoi tous les Quick se transforment-ils en Burger King ?

Burger King a en décembre 2015 racheté le réseau Quick. Par conséquent, tous les Quick de Toulouse vont petit à petit se transformer en Burger King à l’exception de celui du Mirail qui restera alors le seul Quick de Toulouse, en raison de sa certification Halal.

 

L’ouverture, c’est pour quand ?

La date d’ouverture n’est pas encore fixée mais nous vous tiendrons au courant dès qu’elle sera communiquée. En attendant, d’ici janvier ou février 2018, un cinquième Burger King ouvrira ses portes à Balma-Gramont, terminus de la ligne A de métro. Il ne reste plus qu’à prendre son mal en patience avant l’ouverture de celui-ci !

 

Solène Mizele


VAINCRE LA GUEULE DE BOIS

Nous connaissons tous ces lendemains de soirées difficiles, les yeux entrouverts, la gorge sèche et la boule au ventre (un grand merci au kebab de 3 heures du mat’). Reposez vos lunettes de soleil devenues « caches-gueule-de-bois » : voici comment sauver la matinée.

Ne pas boire :

Voilà. Vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenus.

Le bicarbonate de soude :

Alors oui, ça donne une allure de scientifique, mais c’est efficace. Il facilite la digestion, élimine les acides, et neutralise les remontées gastriques (bye bye la tête dans la cuvette).

Mode d’emploi :
☞ Diluer l’équivalent d’une cuillère à café de bicarbonate dans un verre d’eau tiède. Remuer.
☞ Possibilité d’ajouter quelques gouttes de jus de citron.
☞ Boire lentement.
Attention, n’en faites pas une bouteille. Il est déconseillé d’en boire plus de deux verres par jour !

Le citron :

C’est simple, il va devenir votre meilleur ami !
Plusieurs utilisations :
☞ Maux de tête : Couper deux tranches de citron, et les appliquer sur les tempes. (Conseil : attendre d’être seul. Le ridicule ne tue pas, certes, mais bon)
☞ Sauver son foie : Faire bouillir de l’eau. Presser un citron. Réunir le jus et l’eau. Attendre que ça devienne tiède (on ne sait jamais). Boire. (Vous pouvez vous en faire une bouteille et en boire toute la journée).
☞ Maux de coeur : Jus de citron + Coca-Cola = perfect match. Attention à ce que ça ne soit pas trop froid.

Boire. Beaucoup :

L’alcool déshydrate, et afin d’éliminer tout ce que vous avez bu la veille, faites-vous de grandes bouteilles d’eau, et buvez-les sans modération.
Veillez à ce que l’eau ne soit pas trop fraîche. L’eau froide arrête la sensation de soif (ça vaut pour la vie de tous les jours).

Prendre le temps :

Vous avez cours le lendemain ? Très bien, voici votre maître-mot : DOUCEUR. Faites en sorte que votre réveil sonne plus tôt que d’habitude, et prenez le temps de vous réveiller, de vous lever et de vous préparer. Votre organisme a besoin d’un moment d’adaptation, après ce que vous lui avez imposé la veille.

Avoir l’air de rien :

Vous serez le rayon de soleil entouré de zombie :
☞ Boissons énergisantes : Jus de fruits, sodas (Coca-Cola, Ice Tea), café, thé vert, infusions… Tout ce que vous voulez. N’en abusez pas, sinon vous allez avoir la sensation d’être bien, alors que vos muscles tremblent de fatigue.
☞ La glace : Mettez des glaçons dans un torchon (pas directement sur la peau, pour éviter les brûlures) et posez-les sur vos cernes.

Bonus gourmand :

Il existe un gâteau au chocolat faisable avec 3 ingrédients, et prêt en 3 étapes. Normalement vous êtes d’ores et déjà convaincus par le fait que ce soit au chocolat, alors tous aux fourneaux !
Ingrédients : Tablette de chocolat, crème de marron, oeuf
Recette :
☞ Faire fondre les carrés de chocolat dans un bol, placé au-dessus d’une casserole d’eau bouillante.
☞ Une fois le chocolat fondu, le sortir du feu, puis le mélanger avec la crème de marrons et les oeufs.
☞ Mettre le tout dans un moule et enfourner à 180°C. Le sortir quand l’aspect et l’odeur paraissent alléchantes.

Lola Xerri


À NE PAS RATER : BWAMOA, LE NOUVEL OVNI DES BOISSONS FRAÎCHES

Déjà lassés du Starbucks ? Le CURIOS’IUT vous a déniché un petit nouveau dans la ville rose, et croyez-nous, ça en vaut le détour.

Le packaging très coloré de ces boissons ne peut pas vous laisser indifférent !

Installé tout près du métro Esquirol dans une boutique à la décoration survitaminée, Vincent vous accueille avec son grand sourire et ses boissons “alimatiques” (alimentaire X aromatique). Derrière ce nouveau concept se cache toute une gamme de rafraîchissements à la fois liquides et solides (si si, c’est possible). Une déclinaison de bières sans alcool, de thés au lait ou de thés verts pétillants s’offrent à vous. Une palette de textures qui regorge d’originalité, si bien que l’on pourrait croire à de la cuisine moléculaire. Des goûts les plus fruités comme la passion ou la grenade aux plus étonnants comme le concombre ou le basilic, ces petites bombes détox sont servies avec une large paille, pour pouvoir profiter de ces savants mélanges. Le tout, fait maison.

Après un BTS en nutrition, une école de commerce, et fort d’une expérience de 3 ans dans le monde du travail, ce passionné de gastronomie se lance dans un tour du monde et décide de créer BWAMOA. Dans sa boutique aux allures de laboratoire, il nous concocte des mélanges colorés à base de produits frais et naturels. Rien n’est artificiel dans ce qui vous sera servi, les arômes sont made in France, et ses produits exotiques proviennent de petites firmes aux quatre coins du monde.

Le Paradisco : un thé vert pétillant à la passion et ses grains de grenades.

Soucieux de votre santé ? Foncez ! Il propose aussi des boissons probiotiques pour booster le système immunitaire, détoxifier et rééquilibrer la flore intestinale. Et là, c’est le nutritionniste qui parle !

Très récemment, des burgers et desserts ont été ajoutés à la carte. Ils seront produits en petite quantité et quasiment à la demande.

En ce qui concerne les prix, l’entrée de gamme est à 2,70€.
Le menu : burger + boisson ou dessert est à 10€.
Le menu : burger + boisson + dessert est à 12€.

Le coup de coeur de la rédac : le kéfir de figue, très surprenant et vivifiant.

N’hésitez pas à venir de notre part et surtout, restez connectés, la future carte d’hiver vous réserve encore bien des surprises…

Margaux SALESSES et Marie GAIAO



TOOGOODTOGO

Vous avez un petit budget, et vous avez envie de vous faire plaisir ? On a trouvé la solution. Son nom : « TooGoodToGo ». Sa devise : « Un geste pour la planète, un repas dans ton assiette ! ».

On a tous déjà entendu cette fameuse phrase : « Ne gaspille pas, finis ton assiette » et honnêtement, les deux petits pois qui se battent en duel sous vos yeux, n’ont pas un grand pouvoir dans la lutte anti-gaspillage. Cependant, c’est toujours bien d’éviter de jeter ses restes et de participer, ne serait-ce qu’un peu, à la préservation de notre tendre planète.
Alors, on a trouvé une application qui mène cette lutte sans vous contraindre à quoi que ce soit.

Mais qu’est-ce que c’est ?

Tout commence en 2015 : alarmée par les chiffres concernant le gaspillage (10 millions de tonnes de produits alimentaires gaspillés tous les ans en France, oui oui c’est beaucoup !), Lucie Bash, la fondatrice, a donc décidé de créer cette application permettant aux citoyens de récupérer à petit prix, les invendus des commerçants à proximité.
Depuis, TooGoodToGo s’est étendue dans toute la France – notre chère ville y compris – et commence à conquérir l’Europe avec un principe innovant et écologique, qui participe au développement durable.

« Oui mais ça coûte combien ? »

: on y arrive, un peu de patience…
On le sait, vous êtes étudiants, et tout comme nous, il est difficile de se faire plaisir sans grincer des dents, en s’imaginant l’état de votre compte en banque. Alors voilà de quoi vous rassurer : les prix sont très abordables, et dépassent rarement les 6€ ; donc respirez un grand coup et continuez de lire, ça va vous plaire.

Le principe :

  1. Est-il nécessaire de vous dire qu’il faut télécharger l’application ?
  2. Vous vous inscrivez : petit pseudo, adresse e-mail, numéro de téléphone et tout le tralala habituel.
  3. Les catégories : il est possible de n’en sélectionner aucune, mais on vous propose de choisir le style de votre commande : « Repas », « Sucré », « Epicerie » et « Régime spécifique ». Tout est là pour vous satisfaire.
  4. La géolocalisation vous propose les commerces à proximité, leurs disponibilités, les prix et les heures de collecte : le choix vous appartient. Veillez cependant à respecter les horaires, car il serait dommage de vous retrouver seul et triste devant la vitrine avec une pancarte « Fermé ».
  5. Une fois décidé, il ne reste plus que le paiement : par carte ou par PayPal. Bonne nouvelle : comme c’est vous qui vous déplacez pour aller chercher votre commande, il n’y a aucun frais de livraison !
  6. Quand c’est l’heure, vous vous levez et allez récupérer votre commande directement chez le commerçant : merveilleux !

Petit bonus : même s’il y a des descriptifs des produits, cela vous donne seulement une idée de ce que l’on peut trouver dans la portion. Le principe de TooGoodToGo est justement de proposer des « box surprises », qui permettent de changer de l’ordinaire et de découvrir de nouveaux produits.
Pas de panique, si jamais ce que vous donne le commerçant ne vous correspond pas, vous pouvez toujours demander à changer en fonction de ce qui lui reste !
Pour faire bref, vous vous transformez en héros anti-gaspillage, tout en vous régalant avec un repas (ou un encas) économique, non constitué de pâtes ou de riz (oui on vous connaît, on est tous dans le même cas). L’application est disponible sur IPhone et Androïd : donc aucune excuse n’est acceptée et en plus, l’interface est très facile d’utilisation !

Lola Xerri


FAÎTES VOS ACHATS A PRIX CASSE

L’Essor des épiceries sociales et solidaires ne fait que s’accroître ces dernières années. On en compte une quinzaine rien qu’à Toulouse et ses environs !

Mais qu’est- ce qu’une épicerie sociale et solidaire ?

C’est une aide alimentaire proposée à un public en difficulté économique, se trouvant dans une situation fragilisée ou de précarité. Ces épiceries sont des espaces aménagés en libre-service. On y trouve un choix de produits variés et de qualité, qui ne coûtent presque rien aux usagers. Ces épiceries sont souvent créées par des associations d’entraide ou caritatives.

Qui y a droit ?

Les usagers peuvent y avoir accès en fonction de critères socio-économiques et familiaux (composition du foyer). Leur revenu se situe autour du seuil de pauvreté, mais chaque structure définit ses propres critères d’admission . Le public des épiceries est composé de bénéficiaires des minimas sociaux, de “travailleurs pauvres”, de retraités, de réfugiés, d’intérimaires (travail temporaire). Tous les étudiants y ont droit , sauf s’ils travaillent à temps plein .

Epicerie SocialeEpicerie Sociale

Le prix ?

Le prix des produits représente entre 10 à 30 % des prix du marché. En effet, si vous souhaitez acheter un paquet de céréales à quatre euros en grande surface, il ne vous coûtera plus que 40 centimes !

Partenariats et financements potentiels ?

Les principaux fournisseurs sont les banques alimentaires et les supermarchés ou hypermarchés qui vendent leurs produits invendus.

Quels documents faut-ils apporter ?

Pour notre cause, les étudiants, il faut une justification d’inscription, du logement et une carte d’identité.

Le principe :

Si il y une évolution ou un changement de situation financière, il faut le signaler. En effet, l’épicerie est sociale (aide dans le besoin) mais aussi solidaire. Il faut donc laisser cette aide à ceux qui en ont plus besoin que nous !

Bientôt !

L’AGEMP, représentant les étudiants de l’Académie de Toulouse a comme projet l’AGORAÉ, une épicerie solidaire et lieu d’échange et de convivialité au sein de l’université.

Naomi Ndukwe



L’OVER PASS

Logo d'Over Pass
Pensé en 2014 et développée depuis 2015, par Thomas Mayeul, encore étudiant toulousain à cette époque, l’Over Pass est de retour pour la saison 2017/2018 avec un nouvel avantage incontournable : la carte qui était à 5 euros passe désormais à 1 euro à vie. Un bon point pour les étudiants, qui en sont quand même les principaux utilisateurs !

A quoi ça sert ?

Les étudiants vont pouvoir se tourner vers des entreprises plus locales, plutôt que de se ruer vers les grandes chaînes de restauration rapide, connues pour leurs prix plus abordables.
Ainsi, vous pouvez, par exemple, bénéficier d’happy hour illimitée, de 20% de réduction sur une entrée ou encore de tarifs réduits, si vous êtes en groupe, ou pas.

Où se trouvent les réductions ?

Les établissements participants sont essentiellement concentrés en centre-ville, au niveau de Jean Jaurès, du Capitole et des Carmes, mais il y en a un peu partout en ville.
Il y en a également au niveau de Labège et de Ramonville, notamment au Bowling.

Où peut-on se procurer cette carte ?

La carte s’achète en centre-ville, au métro de Jean Jaurès, à la boutique de bonbon Izzgoog, pour la modique somme d’un euro à vie. Il est également possible de se la procurer dans certains BDE, même si elle n’est pas (encore) disponible à l’IUT.
Alors, à ce prix, ce serait dommage de s’en priver !
Pour voir dans quels établissements sont valables l’Over Pass, consulter le site ou rendez-vous sur le Facebook de l’organisation

Carla Martinelli