Chronique culturel #4 – If Beale Street could talk

Si Beale Street pouvait parler, sorti dans les salles obscures françaises le 30 janvier 2019 est sûrement l’un des plus beaux films de ce début d’année. Par le réalisateur de Moonlight, oscar du meilleur film en 2017, Barry Jenkins revient avec une adaptation du chef d’oeuvre du même nom de l’auteur américain James Baldwin. Une histoire d’amour et d’injustice dans le Harlem des années 1970, dépeint dans un univers musical entièrement consacré au jazz, représenté par le titre Killing me softly des Fugees. Honoré par 3 nominations aux Golden Globes dont meilleur film.

L’un des quelques films qui m’ait été donné de voir avec des plans et cadrages d’une telle beauté, le message transmis ne vous atteint pas simplement par l’histoire qu’il raconte mais par chaques couleurs, chaques mouvements, chaques musiques. Les critiques qualifient ce film de “politique, poétique, immensément romantique” Augustin Trapenard – France Inter, de “poème visuel d’une beauté à couper le souffle” selon Positif, “un film d’amour inoubliable” selon Le Point. On retrouve dans cette oeuvre portée Kiki Layne et Stephan James, les silences et musiques mélancoliques propre au réalisateur.

Si un résumé pouvait être fait ce serait peut-être celui-là : Tish, une jeune femme enceinte veut prouver l’innocence de son fiancé accusé à tort d’un viol dans le Harlem des années 1970, et dont les questions qui y sont évoquées trouvent encore des échos même 45 ans après la publication du roman.

James Baldwin disait lors d’un interview en 1972 que “tout le monde oublie que quand on naît, on se rend pas compte qu’on est noir. Il faut que quelqu’un vous explique ça un jour … on se rend compte qu’on est méprisé on sait pas pourquoi, on se rend compte qu’on est en danger on sait pas pourquoi.” L’interprète de Tish (Kiki Layne) se rappelle de conversation avec sa mère lorsqu’elle était plus jeune, qui lui expliquait qu’elle serait vu différemment dans le monde.

S’il vous prend l’envie de vous plonger dans l’univers de ce film époustouflant voici quelques idées de musiques que vous devriez écouter :
Miles Davis – Blue in green
Patti Labelle – Love, need and want you
Fugees – Killing me softly
Nicholas Britell – Agape
Nina Simone – Memphis in June

Elisa Broca