Rejoignez-nous au Café InfoNum !

Cette année encore, les étudiants d’Infonum accueillent des professionnels de l’information numérique à l’IUT pour les nouvelles éditions des cafés infonum.

Le premier café se tiendra le 19 octobre 2018 à 16h15 en salle Licence avec la participation de Patrick Laugé, responsable de la veille stratégique chez Pierre Fabre.

L’invité du jour nous présentera son parcours et répondra aux questions des étudiants autour d’un café gourmand. Ce sera l’occasion pour les étudiants d’échanger avec un professionnel de la veille stratégique dans une des plus grandes entreprises pharmaceutiques françaises.

Deux autres cafés infonum seront organisés prochainement avec de nouveaux invités, alors restez connectés !

Coline N et Alice L

Interview de certains finalistes

Le CURIOS’IUT vous a déniché des interviews exclusives des membres du jury, mais hors de question de s’arrêter en si bon chemin. C’est donc pour vous, chers lecteurs (et pour satisfaire notre curiosité personnelle) que nous avons aussi interviewé quelques finalistes.

Laura Fougerouse, grande gagnante de cette première édition et étudiante en première année option patrimoine commence en nous disant qu’il est dommage de forcer tous les étudiants à participer au Challenge de l’Éloquence car tous les participants n’aspirent pas à se rendre en finale.
L’évènement permet tout de même à des personnes qui “n’ont pas l’habitude de s’exprimer correctement d’apprendre à se structurer et faire des discours”. C’est donc pour elle une opportunité de progresser.
Lors de l’annonce des résultats, Laura s’est d’abord sentie “surprise et gênée” mais surtout “très fière” d’elle. La finale fût stressante mais l’organisation du PTUT était rassurante. A notre plus grande surprise, la grande gagnante n’est pas satisfaite de sa prestation… Perfectionniste sur les bords n’est-ce pas ?
Pour le petit mot de la fin nous retiendrons que son enceinte “est cool et fonctionne bien”.

“Le challenge c’est un bon truc pour ceux qui aiment ça”, nous confie Lou Robert, étudiante en première année de communication et 3ème sur le podium du Challenge de l’Eloquence. Elle ajoute aussi que ce “n’est pas un exercice facile” qui peut vite devenir une source de stress. L’étudiante n’était pas présente lors de l’annonce des résultats, elle nous avoue ne pas avoir été enchantée par cette nouvelle, souhaitant laisser loin derrière elle l’écriture des discours. Lou nous confie aussi qu’être “inspirée pour 8 minutes” est ce qui l’effrayait le plus.
Savoir qu’elle était la candidate “coup de coeur” de Marc Paez lui fait “vraiment plaisir”. Pour elle, c’est “une récompense de plus, venant de lui ça a beaucoup de sens”.

Flore Grondin, étudiante en première année d’INO et finaliste du Challenge pense que si l’inscription avait été libre, nous aurions pu passer “à côté de pas mal de talents”. C’est très surprise qu’elle a appris qu’elle serait en finale. Notre webmaster souhaitait même laisser sa place à des candidats qu’elle jugeait “plus légitimes”, c’est par la suite et grâce à des discussions avec ses professeurs et ses proches que Flore a réalisé que cette expérience avait beaucoup à lui apporter.
“Je t’avoue que je ne me rapelle même plus de ma prestation” nous confie-t-elle.
L’ambiance de la finale “était plus que positive”, et c’est avec bienveillance qu’elle décrit le public. C’est sur cette phrase que nous concluons cette petite interview, “quite à avoir honte, j’en apprendrais sûrement quelque chose”.

Pour Erwann Ducos, étudiant en première année de communication et finaliste, le Challenge de l’Éloquence est “une bonne chose” car cet évènement met les premières années au défis et les poussent à donner le meilleur d’eux même.
C’est avec joie et fierté que l’étudiant a appris qu’il était en finale.
Pour lui, cette après-midi était un moment stressant mais une fois au coeur de la compétition, c’est un sentiment grisant qui s’est emparé de lui.
En tant qu’étudiant de l’option communication, il serait intéressé par l’organisation d’une prochaine édition dans le cadre d’un projet tutoré, “ça pourrait être génial de faire ça”.

Eulalie Hne


Tout ce qu’il faut savoir de la grande finale !

Mercredi 14 février 2018, s’est déroulée en amphi BC-52 du département Infocom de l’IUT Ponsan, la finale du challenge de l’éloquence. Près de 105 personnes dans l’assistance, 8 jurés, 15 finalistes, 3 gagnants… Cinq jours après l’événement il est temps de revenir sur les moments forts de la finale.
Rappelons que la thématique générale est “l’actu”, les candidats ont donc eu environ huit minutes pour séduire le jury. On y compte Patrick Fraysse, Joakim Brabant professeur de théâtre, Arlette Bouzon, Christelle Skorupka, Marc Paez, Laurent Morillon, Bertrand Vignaux professeur de français au lycée Emilie de Rodat, et Jean-Thierry Julia.

Commençons par le commencement. Dès 14h, le public prêt à encourager ses camarades est installé, la mise au point des caméras est effectuée, les jurés font leur entrée. Après une introduction des organisateurs, nous avons le droit à une séance photo des membres du jury, internes et externes à l’IUT.

Puis, avant d’écouter nos candidats, nous avons eu l’honneur d’entendre le discours du président du jury Marc Paez, vainqueur des “As de la Plaidoirie” en 2015 et étudiant en master Droit des affaires à l’UT1 (Capitole). Il y rappelait qu’il ne suffit pas d’être éloquent, mais qu’il faut aussi convaincre.

En résumé, sont passés en première partie: Alice Vogel, Coline Cheradame, Flore Grondin, Solenne Corlouer, Julie Warnet, Paula Moreau, Laura Fougerouse et Cloé Speisser. Puis, Raphaël Ginisty, Julia Soler, Erwann Ducos, Lou Robert, Chrystel Lebrun, Luna Christophe et Swann Isern en deuxième partie. Chaque candidat.e était accueilli.e avec une musique qu’il avait choisi et présenté.e. de manière originale (passion et “phobie”).
Discours humoristiques, plus sérieux, théâtraux, critiques et politiquement engagés se sont succédés au cours de cette après-midi. C’est aux alentours de 17h30, que le jury annonça les vainqueurs qui sont: Laura Fougerouse à la première place, suivie de Raphaël Ginisty et enfin Lou Robert.

Lou Robert, Laura Fougerouse, Raphaël Ginisty (de gauche à droite).

Qu’ont-ils gagné? Le premier prix était une enceinte Bose. Le deuxième, un polaroïd Fujifilm, et le troisième, une carte cadeau de 50€ à la FNAC. Pour les douze autres, ils ont gagné des souvenirs et de l’expérience.

En parlant de remise des prix, est élue citation de l’année, une pensée de Michel Field reprise par trois de nos candidats dans leurs discours: “L’actualité. Ne rien choisir, tout prendre. S’étonner de tout. Insatiable curiosité, inlassable marée dont la vague laisse sur la grève les traces de faits, de noms, d’événements, trop vite effacés par la vague suivante.” Suivie d’une phrase de Milan Kundera “être possédé par l’actualité, c’est être possédé par l’oubli”.

L’après-midi s’est terminée par une collation où candidats, jury et publics ont pu échanger sur leurs discours favoris. Et où nous, avons pu récolter rien que pour vous quelques interviews…

Solene MIZELE


IL ÉTAIT UNE FOIS… DES AILES ET DES ÉTUDIANTS…

Airexpo est un meeting aérien très particulier. Il prend place près de Toulouse, ville d’aviation. C’est le seul meeting européen entièrement organisé par des étudiants. Bienvenu dans un monde où l’exploit est la règle!
L’équipe des bénévoles
L’équipe des bénévoles

Situé près de Toulouse, et plus précisément de Muret, ville de Clément Ader, l’aérodrome du Lherm est un petit aérodrome de campagne. Perdu entre les champs, il n’est pas très impressionnant. C’est pourtant là, dans un petit bâtiment assez isolé que sont formés les pilotes d’avions par l’ENAC (Ecole Nationale de l’Aviation Civile). Tout est silencieux, en ce matin du samedi 20 mai 2017. Mais ce calme apparent ne va pas durer. Déjà, les organisateurs du meeting arrivent suivis par les bénévoles. Et bientôt, les premiers ordres vont fuser, les premiers moteurs vont vrombir avant l’arrivée vers 10 h des visiteurs. Quel est ce meeting, pourquoi est-il si important ? Tant de questions à se poser et qui méritent des réponses.

1. LE MEETING AIREXPO, SON HISTOIRE

Créé en 1987, ce meeting a deux particularités :

  • Seul meeting en Europe entièrement organisé par des étudiants, c’est-à-dire une équipe qui change entièrement chaque année ;
  • Troisième meeting de France par son importance.

Il attire en effet chaque année entre 5 000 et 30 000 visiteurs. Et il attire aussi chaque année les meilleurs avions de France, comme la PAF (Patrouille Acrobatique Française, absente cette année), ou la team Rafale Solo Display, sans oublier les Airbus et ATR (deux constructeurs Toulousains).

” C’est l’occasion pour chacun de se dépasser mais aussi d’apprendre beaucoup.”

(Louis Ebel, président de l’édition 2017)

Ce meeting est organisé par les étudiants en première année à l’ENAC et à SUPAERO à Toulouse. Passionné(e)s d’aviation, ils sont désignés dès la rentrée par l’équipe de l’année précédente. Et ils sont « lâchés » dès octobre. L’équipe se compose d’un bureau, de commissions avions, partenaires, communication et logistique. En tout une quarantaine de personnes issues des deux écoles. Chaque étudiant investit en moyenne 300 heures de son temps pour ce meeting, une expérience inoubliable et rarement renouvelable.

Tecnam P2002-JF de la patrouille YellowTecnam P2002-JF de la patrouille Yellow

Et pour finir sur l’organisation de ce meeting, laissons Louis Ebel, président de l’édition 2017 nous donner ses conseils majeurs pour organiser un tel évènement : “Avant tout constituer un noyau solide avec des personnes motivées. Persévérer car l’organisation de tout événement de grande ampleur nécessite énormément d’énergie. C’est l’occasion pour chacun de se dépasser mais aussi d’apprendre beaucoup.”

2. AIREXPO 2017

Airexpo ce sont des avions, mais avant tout des hommes. Les bénévoles sont tous arrivés quelques heures avant les visiteurs, afin de vérifier que tout allait bien se passer. Les organisateurs leur donne leur position, et tous se dispersent par groupes de trois. Le silence disparait, envahit par le grondement des premiers moteurs d’avions et d’hélicoptères. Les visiteurs ne sont pas encore arrivés que les pilotes tentent de les épater !
10h00 : les premiers visiteurs arrivent, et c’est la cohue. Tous essayent de trouver une place, et les hommes en orange, les bénévoles, les aident. L’organisation est très bien ficelée, et beaucoup de visiteurs s’appuient sur eux. Entre donner des informations et placer des voitures, ils ne savent plus où donner de la tête.

ATR 72-600ATR 72-600

Bientôt la cohue se calme, les visiteurs sont arrivés et le meeting commence. Les présentations en vol se succèdent. L’après-midi commence, avec les présentations des avions de transports notamment, comme l’AIRBUS A350-1000 XWB ou l’ATR 72-600. Le soleil est au rendez-vous, faisant de cette présentation un moment délicieux pour tous. Les patrouilles se succèdent, avec des évolutions magnifiques et exceptionnelles. Finalement on n’attend plus que le clou du spectacle. Mais il tarde. Michel Drucker et Claire Merouze nous partage dans ce temps d’attente, leurs expériences de l’aviation. Les avions se posent, en saluant le public.
Et le bruit assourdissant fait taire toute les voix. C’est le clou du spectacle, le Rafale Solo Display, l’avion de présentation de l’armée, le chasseur polyvalent. Dès les premiers passages, tous ont les yeux rivés vers le ciel. On ne peut s’empêcher de le regarder (et de l’entendre). Il enchaine des passages autour de l’aérodrome, puis après une très belle présentation, reprend la direction de Francazal. C’est un peu la fin du meeting, car les visiteurs commencent petit à petit à partir.

Rafale Solo DisplayRafale Solo Display

Les parkings sont envahis, mais les bénévoles sont là pour réguler la circulation. D’ailleurs, beaucoup de visiteurs les remercient. A l’exemple de ce petit garçon de huit ans déguisé en pilote de Rafale, et qui saluait de manière militaire un des bénévoles. Le meeting s’est réellement terminé à 18h00, et les bénévoles, après un peu de rangement ont mangés dans une ambiance assez familiale.
Si vous n’y êtes jamais allé, je vous conseille de venir l’an prochain pour le visiter, voire y venir comme bénévole, une très bonne expérience pour un étudiant.
© – Crédits photos – Airexpo

Jean-Philippe Roger