Space facts : se sortir de situations gênantes.

La rentrée est encore aussi fraîche que les journées d’automne qui se profilent à l’horizon.

Certes nous ne somme pas encore à ce stade de “il fait froid et je rentre il fait nuit”, mais préparons nous à ces jours à venir en faisant chauffer nos cerveaux. Quoi de mieux que d’apprendre des fun facts sur notre système solaire et les planètes qui le compose ?

Toujours utile à sortir pour se donner l’air plus intelligent ou juste éviter un malaise social.

(ne vous arrivera plus: testé et approuvé par la communauté)

 

Commençons par celui qui nous manquera le plus cet hiver, le soleilCette étoile qui à déjà atteint la moitié de sa vie ? Elle qui nous paraît être la grand-mère feuillage du système solaire est en fait une jeune pousse de seulement 4 milliards d’années environ. Sa vie est pourtant déjà toute tracée, d’ici quelques milliards d’années il deviendra une “géante rouge” beaucoup plus brillante mais plus froide. La fin de sa vie n’est pas un secret non plus, le noyau de cette étoile, indispensable à nos formes de vie, finira par s’effondrer pour devenir une naine blanche puis noire.

Jupiter,la géante du système solaire nous intrigue tous. Son incroyable tâche orangée n’est pas un coup de pinceau au hasard mais une tempête qui sévit depuis des siècles et qui fait accessoirement la taille de trois fois notre terre. Jupiter énervée ? Je ne vois pas de quoi on parle.

(cr: nasa)

En parlant de tempête, saviez-vous que Vénus, qui tient son prénom de la déesse romaine de l’amour, est constamment sujette à des orages violents à cause de ses gazs à effets de serre qui rendent l’atmosphère toxique ? Maintenant vous le savez, utilisez cette info de façon ludique comme, impressionner l’élu(e) ou juste étaler votre science.

(cr: nasa)

 

Mercure est la planète qui embrasse le soleil de plus près. Elle tient son nom du dieu romain du commerce et des voyages en raison de la vitesse à laquelle elle se déplace. Par contre ce n’est pas une destination idéale à cause des écarts de températures énormes. Près de 430° la journée (même dormir dans un frigo n’aiderai pas) et approximativement -170° la nuit. Un peu l’impression qu’on a fin septembre pour la météo. Moi ? Dramatique ?

(cr: nasa)

Mars, la petite rouge est la seconde plus petite planète du système solaire, ce n’est une surprise pour personne. Mais saviez-vous que des “morceaux” de mars se sont retrouvés sur la terre ? Des scientifiques ont trouvé des traces l’atmosphère martienne sur des météorites. Elles n’ont pas fait un trajet direct et se sont laissé des millions d’années pour graviter autour du système solaire avant de finalement venir visiter la terre.

C’est l’heure d’écouter “I fall apart” merci post malone.

(cr: nasa)

Même si le ciel sera plus souvent couvert, Saturne peut-être observé sans télescope. C’est le 5ème objet le plus brillant de notre système solaire (ne me remerciez pas si vous invitez quelqu’un regarder les étoiles). En plus de ça, Saturne possède plus de 150 lunes dont Titan et Rhéa qui sont les plus grandes et sur lesquelles on aurait aperçu un océan sous la surface gelée. Le plus drôle dans l’histoire ? Ce n’est sûrement pas un océan d’eau.

(cr: nasa)

Inconnue aux yeux des anciens, Neptune est invisible à l’oeil nu et à pu être observée pour la première fois dans les années 1840. Une planète gazeuse qui nous apparaît bleu grâce à la présence de méthane qui agit comme une éponge sur la lumière rouge.

Jupiter est une petite joueuse avec sa tempête. Cette jolie bleu bat tout le monde à plate couture avec sa tache noire, découverte en 1989 avec des vents à plus de 2400 km/heure. Grand mystère car cette tâche aurait disparu aujourd’hui.

(cr: nasa)

Gros manque de sommeil ? No problemo rendez-vous sur Uranus qui fait son voyage autour du soleil tous les 84 ans ce qui laisse 42 ans de jours et donc une trèèès longue nuit. En plus de ça cette planète poésie possède des lunes nommées comme les personnages de William Shakespeare et Alexander Pope(Oberon, Titania et Miranda). C’est aussi une planète qui ne fait rien comme les autres puisque son orbite est rétrograde et contraire à la façon dont la terre et la plupart des planètes se déplacent.

(cr: nasa) 

On termine cet article avec la Terre quasi aussi vieille que Queen Mom. Notre terre est la planète la plus dense du système solaire et c’est la seule à ne pas porter le nom d’une divinité romaine. Les scientifiques ont aussi découvert que nous n’étions pas le centre de l’univers (fun fact: ça vaut pour tout le monde).

(cr: nasa)

En espérant que vous aurez appris quelque chose ou juste rigolé devant les gifs.

 

Eulalie Hne

The Neko Light Orchestra

C’est avec beaucoup d’émotion aujourd’hui que j’ai décidé de vous présenter un groupe qui me tient beaucoup à cœur.

Les geeks ou différents habitués des conventions les connaissent peut-être déjà mais ils restent encore inconnus du grand public à ce jour.

C’est en 2011 que The Neko Light Orchestra (NLO) voit le jour lors d’une animation organisée par le Toulouse Game Show. Le concept du groupe s’est imposé de lui-même, puis a grandi et s’est structuré au fil des concerts.

Depuis maintenant 7 ans, les « Nekos » (traduction de chatons en japonais) sont de toutes les conventions geeks pour présenter leurs concerts. Ce collectif de 18 musiciens, passionné par les univers geeks, revisite alors cette culture avec plusieurs concerts thématiques.

Acoustic Session = Répertoire varié de génériques de dessins animés des années 80, pop culture, animés japonais et musiques de jeux vidéo
Electric Waves = Formation rock spécialisée dans les musiques de jeux vidéo, d’Esport et d’animés Rock/métal
Echos de la Vallée du Vent = Concert hommage aux plus grandes musiques des films d’Hayao Miyazaki et du studio Ghibli
Echos de la terre du Milieu & de Westeros = Concert hommage aux plus grandes musiques des films de la saga « Seigneur des Anneaux / Hobbit » et de la série « Game of Thrones »
Echos d’une Galaxie Lointaine = Concert hommage aux plus grandes musiques des films de la saga « Star Wars »
Echos de Gallifrey = Concert hommage aux plus grandes musiques de la série culte « Doctor Who »

Je vous invite vivement à visionner les 2 clips réalisés par le groupe :

Mais ce n’est pas tout ! En effet, pour le festival Échos & Merveilles, le NLO n’as pas hésité à mettre la main à la pâte pour préparer un nouveau concert en exclusivité. Il a fallu 6 mois de travail, d’orchestration et d’interprétation pour mettre sur pied les Échos de Poudlard.

Vous l’aurez compris ce sont donc les musiques de la saga « Harry Potter » qui font l’objet de cette nouvelle formation.

 

« Ça a été sans aucun doute le concert le plus compliqué à mettre en place, mais au final, quand j’entends le rendu et l’émotion qui s’en dégage, tout comme la musicalité et l’ensemble, je suis très fier de tout le travail fourni par l’équipe et il nous tarde de le jouer sur scène ! »

– Nicolas Chaccour (Pianiste et manageur du Neko Light Orchestra)

« On a hâte de jouer pour la première fois ce concert aux ambiances féériques. On espère que les fans de cet univers seront comblés, on a en tout cas tout fait pour ! » 

– Jessy Munoz (Batteur du Neko Light Orchestra)

 

L’inauguration de ce concert aura lieu le vendredi 27 avril 2018 durant une des 3 soirées de concert que propose le festival Échos &Merveilles.  

En tout cas, moi, je serais au rendez-vous (#Potterhead) !

©Guillaume Valadeau

(Billet en vente sur le site du festival : http://echosetmerveilles.fr/billetterie/ )

 

MOREAU Paula


Le Festival des Cultures de l’Imaginaire

©Toulouscope

Le festival Échos & Merveilles est un événement regroupant des activités en plein air ainsi que 3 soirs de concerts. C’est dans une ambiance médiévale que pendant 3 jours les festivités se dérouleront sur le site du Bascala à Bruguière.

Cet événement s’organise en effet en 2 parties :
Toute la journée du Vendredi 27 et du Samedi 28 un « Village des légendes » sera ouvert à tous sur les 5 hectares du Bascala. On y retrouvera des centaines d’artisans, des artistes et des exposants en tous genres. Ce village n’aura rien à envier aux plus grosses conventions : Escape Game, marché médiéval, illustrateurs, conférences et animations (Quidditch, Loups Garou, jeux de rôle…) !

©Echosetmerveilles2018

Puis c’est à la nuit tombée que le festival changera d’ambiance. C’est alors 3 soirées de concerts exceptionnels qui se dérouleront dans la salle du Bascala. On y retrouvera des groupes venus de toute l’Europe (Luc Arbogast, Faune, La Horde, Stille Volke…) et je peux vous assurer que l’ambiance sera au rendez-vous.

—-

Pour vous, le Curios ’IUT a pu obtenir un interview avec Nicolas Chaccour, l’organisateur du festival. Il a accepté de répondre à nos questions pour vous présenter son événement.

D’où t’es venue l’idée de cet événement médiéval fantastique ?
Étant moi-même fan d’univers heroic fantasy depuis toujours, que ce soit en littérature, jeux de plateaux, jeux de rôle, musique, jeux vidéo, j’ai toujours trouvé cette culture très riche et passionnante à retranscrire. En 2016 il s’agissait d’une “Soirée Médiévale Fantastique” dans le cadre d’un festival de musiques Geeks, puis dès 2017 c’est devenu Échos & Merveilles avec 2 soirs de concerts, pour grandir encore cette année.

Comment expliques-tu l’engouement autour de ce festival ? Pourquoi à ton avis les gens aiment ce thème ?
Les festivals de ce type sont très rares, et surtout dans le Sud du pays. Le médiéval fantastique et les cultures de l’imaginaires ont leur public de spécialistes mais touchent aujourd’hui aussi le grand public. Tout le monde connait Harry Potter, le Seigneur des Anneaux, Narnia… Les mondes de l’imaginaire sont un refuge pour l’esprit, une ouverture sur l’autre, de vrais moments de partage entre amis aussi.

Quelles sont les nouveautés de cette 2e édition ?
La grande nouveauté c’est le « Village des Légendes » en extérieur sur les 5 hectares du parc qui jouxtent la salle de concert du Bascala à Bruguière. Toutes les activités y seront gratuites et ouvertes à tous, avec des concerts, conférences, jeux, un village médiéval avec une centaines d’artisans et créateurs, des auteurs, illustrateurs, restaurateurs, bars… Et côté concerts la salle va prendre un « level » au-dessus en son et lumières, commence à accueillir des têtes d’affiches comme les allemands de FAUN ou Luc Arbogast, ainsi que le concert inédit sur les musiques d’HARRY POTTER.

Comment as-tu organisé ta communication autour du festival ?
Ma communication autour du festival a été une toile complexe à mettre en œuvre parce qu’il fallait à la fois communiquer des concerts payants le soir et s’adresser au grand public, familial, pour les activités gratuites en journée en extérieur.
Plusieurs stratégies ont été mises en œuvre, beaucoup en utilisant Facebook (sponsoring des annonces de concert), partages, bouche à oreille. Mais aussi une vraie campagne d’affiche professionnelle et impression de 50 000 programmes qu’on est allé nous-même mettre dans les boites aux lettres des communes alentour au site du festival.
Dans tous les cas, j’ai tenu à centraliser absolument toute la com seul, de l’infographie aux montages vidéo, au contenu sur le site web jusqu’à être aussi seul Community manager sur les réseaux sociaux. Ça peut paraitre fastidieux, mais j’ai préféré opter pour ça pour aller beaucoup plus vite. Quand il n’y a aucun intermédiaire entre le gars qui fait l’infographie et celui qui écrit les messages, il n’y a aucune perte possible de message et de sens. Tout est plus cohérent et rapide à mettre en œuvre.

Et enfin, pourquoi venir au festival ?
Pour passer de super moments entre amis, en amoureux ou en famille, écouter des artistes authentiques qui viennent de toute l’Europe, dans une très belle salle de concert, et (re)découvrir les cultures de l’imaginaire par le prisme du Médiéval Fantastique, partir à l’aventure le temps d’un week-end où l’imagination sera au pouvoir.

Pour toutes informations complémentaires je vous invite à vous rendre sur la page de l’événement : https://www.facebook.com/echosetmerveilles/

 

MOREAU Paula


Du soleil et du fakear dans les oreilles

Le soleil se laisse désirer, les beaux jours arrivent petit à petit. Pourquoi ne pas combiner soleil et musique qui rappellent l’odeur de l’été, et qui, à leur simple écoute, nous donne la sensation de limonade fraîche et de tapas en bouche ?

C’est le mercredi 4 avril que Fakear s’est emparé du Bikini qui affichait complet.  De son vrai nom, Théo Le Vigoureux, ce jeune homme, né à Caen est un auteur-compositeur musicien et DJ. J’ai pris la liberté d’allier les musiques de cet enfant du pays à l’été de par leur catégorie « chill-out » et « future bass ». C’est en 2011 que sort son premier album « animal » suite à de nombreux EP.

Ce passionné de voyages a avoué dans plusieurs interviews que c’était sa principale source d’inspiration, car on retrouve dans ses sons des références à l’exotisme et à l’Orient.

Fakear c’est aussi des musicalités particulières et des voix très présentes contrairement à d’autres musiciens d’électro, ce qui rajoute une dimension originale et plaisante pour les oreilles, on ne va pas se mentir.

C’est en avant-première que nous avons eu la chance de découvrir quelques morceaux de son nouvel album « All Glows ». Celui-ci est composé de 16 titres, tous plus originaux les uns que les autres, il sortira le 13 avril prochain.

Une soirée qui a apporté de multiples courbatures à cause des danses effrénées, mais les jeux de lumière et l’incroyable qualité sonore ont largement compensé. Marine, la harpiste a ensorcelé le public avec quelques notes seulement.

Afin de satisfaire votre curiosité et, peut-être de vous faire découvrir un nouvel artiste, voici

Son site internet : https://fakear.bandcamp.com

Sa page FACEBOOK :  https://www.facebook.com/fakear/

Ainsi que son SPOTIFY : https://open.spotify.com/artist/4eFImh8D3F15dtZk0JQlpT

Summer is coming,
Eulalie Hne.


Prenez part au débat !

Here here, votre opinion nous intéresse mais pourquoi ne pas la partager… tout en apprenant l’anglais ?

Le Lundi 26 Mars a eu lieu le Tournoi de débat du « Debating Club » de l’IUT, organisé par Elyes Chaouch, professeur d’anglais du département Information-Communication et coordinateur au sein du club, dans l’amphithéâtre Shannon à Paul Sabatier.

Durant la soirée, 3 débats ont eu lieu : 2 débats qualificatifs et un débat final. Des équipes de 3 personnes s’affrontaient à chaque débat : le Gouvernement qui défendait un sujet et, l’opposition qui était contre.

Les thèmes étaient assez larges pour convenir au plus grand nombre :

THBT happiness can be bought

THBT Video games make children violent

THBT Free will is an illusion

Ce type d’exercice est basé sur le volontariat. Cela permet de confronter les opinions de chacun et aussi le département Information-Communication avec les étudiants en licence de sciences et d’ingénierie.

Nous avons relevé des points positifs pour cet exercice :

– exprimer ses opinions

– parler anglais et améliorer son anglais. Le niveau de base ne compte pas. Le tout est de participer et de progresser

– être convaincant

– permet de libérer la parole et d’enrichir la discussion.

C’est un exercice très formateur pour les étudiants !

Les débats se sont passés dans une bonne ambiance, les participants n’hésitaient pas à interpeller le public et inversement. Nous ne savions pas tellement à quoi nous attendre en allant y assister mais nous avons été agréablement surprises de l’ambiance qui fait rentrer dans le jeu.

L’esprit d’équipe est important et a été mentionné dans le résultat final du jury. Les deux finalistes ont été sélectionnés pour leur capacité d’expression et leurs idées.

Voici l’équipe gagnante !



Pour clôturer cette soirée, un goûter a été proposé aux participants, l’occasion pour eux d’échanger avec le jury et surtout de les féliciter pour leurs performances.

Alors si vous vous sentez l’âme de débattre et d’exposer vos opinions, n’hésitez plus ! Ce club est fait pour vous !

 

Margaux Chicheportiche et
Eulalie Hne (+photographe)


Soirée Curiosités au Bikini ou comment j’ai retrouvé foi en la chanson française….

Le Dimanche 18 février, a eu lieu la soirée Les Curiosités au Bikini. Ma place déjà réservée par une amie depuis un petit moment, je m’y suis rendue presque à contre cœur, peu emballée par le programme de la soirée. En effet, entre mélodies peu originales, textes vides et déficit de style, autant dire que mes aprioris sur la variété chanson française étaient assez ancrés. Une fois sur les lieux, ma perplexité n’a fait que s’accroître lorsque que j’ai vu un public rempli de personnes qui ne semblaient pas trop savoir ce qu’elles faisaient là non plus.

Néanmoins, à ma grande surprise et pour mon plus grand étonnement, j’ai adoré le concert et les chanteurs qui s’y sont produits.

En effet, j’ai découvert trois artistes. Trois ovnis ayant chacun incarnés trois qualités qui, selon moi, manquent cruellement à la chanson française actuelle.

Foé, un musicien dans l’air du temps à la signature digitale frappante

Dès les premiers instants j’ai été frappé par sa singularité : ses chansons ont toute une base rythmique électro et sont accompagnées de textes forts et émouvants. Ainsi, dans une de ses chansons Nouria, il rend notamment hommage à ses grands-parents, ou bien à sa mère dans Mommy.

Le plus intéressant est donc le contraste qu’il opère entre l’intru assez dynamique, électro et ses textes poignants extrêmement travaillés. Il montre donc que la chanson française peut être non seulement ultramoderne et, en dépit de l’avis populaire concernant la musique numérique, pleine de sens!

Rdv le mois prochain, le 20 avril, pour la sortie de son premier album !

Eddy de Pretto : l’avant-gardiste de la nouvelle chanson française

Vous l’avez peut-être aperçu récemment à la TV, Eddy de Pretto est un auteur-compositeur et interprète à part entière… Son style indéfinissable se traduit par des textes forts, poétiques et cohérents souvent dans une critique très fine de la société actuelle. Ses chansons abordent une panoplie de thèmes et de sujets à priori « bateaux » comme la banlieue avec Beaulieu, la jeunesse avec C’est la Fête de trop ou bien même l’amour. Cependant, il parvient à les articuler de façon à y apporter sa touche exclusive : ses chansons rendent hommage à la langue française avec des paroles élégantes dans un registre de langue soutenu appartenant à lui seul. Que ce soit via son flow unique ou ses textes originalement ficelés, il apporte un vent frais parmi les chanteurs français actuels dans un style innovant et surprenant!

Son premier album Cure, disponible depuis le 2 mars dernier est à écouter de toute urgence.

Vendredi sur Mer : Une voix colorée pour un esthétisme indéniable

Une voix douce, une production rétro et un style coloré. Voilà comment résumer la dame de la soirée. Légèrement rétro tout en étant paradoxalement dans l’air du temps, Vendredi sur Mer est une jeune femme proposant un éventail de chansons très varié et coloré dans un style Disco Pop.  Son point fort est avant tout la mise en scène. Elle joue ses chansons de façon naturelle et spontanée avec ses petites danses improvisées ou encore ses mimiques directement liées aux textes qu’elle expose. Accompagnée de ses deux danseurs dynamiques et talentueux, elle a apporté une touche de folie au concert tout en centrant sa prestation autour de l’esthétisme de sa performance.

Son album Marée Basse est sorti en 2017.

Ce que je retiens de ces découvertes est donc l’idée que l’intérêt et le goût pour cet art si exceptionnel qu’est la musique est à préserver et à entretenir soigneusement. Ainsi, si la « bonne musique » ne vient pas à nos oreilles, les soirées comme les Curiosités servent justement à aller à sa rencontre et peuvent nous réserver de belles surprises…

 

Yohanna Moussa


Happy Valentine’s Day

Oui, cette année encore, vous n’y échapperez pas : Le jour exclusivement dédié aux bécotages en public et aux cadeaux tous mignons arrive à grand pas. À cette occasion, nous voulons vous faire découvrir la Saint-Valentin sous un autre angle, pour que cette célébration d’apparence ordinaire, prenne une toute autre ampleur. Nous vous faisons voyager afin de découvrir comment la Saint-Valentin est célébrée aux quatre coins du globe.
Vietnam : un concours de baisers est tenu à l’occasion. Il consiste à s’enlacer le plus longtemps possible avec son ou sa conjoint(e)… et cela peut durer des heures !
Ecosse : La tradition souhaite que la première personne du sexe opposé que nous croisons devienne notre partenaire pour cette journée seulement.
Chine : Il y a deux fêtes pour célébrer l’amour : La Saint-Valentin, avec la particularité d’offrir des cadeaux qui doivent pouvoir se porter, et le « Qi qiao jie » (on ne vous en veut pas si vous n’essayez pas de le prononcer) qui se tient le 7ème jour de la 7ème lune, soit en Août. En ce jour, les jeunes femmes montrent leurs qualités de bonnes épouses.
Arabie Saoudite : Alors que cette fête est si populaire en Occident, depuis 2008 l’Arabie Saoudite interdit de fêter la Saint-Valentin, jugée contraire aux valeurs du pays. Ainsi, tout commerçant qui vend un produit rouge ce jour-ci se verra sanctionné.
Japon : Deux jours sont consacrés à l’amour : le 14 février où les femmes qui doivent offrir des chocolats à leur conjoint et collègues, et le 14 mars, nommé « white day », où ce sont aux hommes d’offrir des présents.
Corée du Sud : Tout comme au Japon, ses habitants fêtent la saint-valentin et le « white day », mais se rajoute à celles-ci une troisième date. Le 14 avril, est célébré le « black day », soit un jour dédié aux célibataires.
Irak : pour ce jour spécifique, Bagdad se voit recouverte de rouge, tous les commerces se mettent à la couleur de l’amour.

Sélène Llamas


LA NUIT EUROPÉENNE DES MUSÉES A TOULOUSE

Le Samedi 20 mai 2017 s’est déroulée la 13 ème édition de la nuit européenne des musées. Nous nous sommes rendus sur place pour voir ce que nous offraient les musées de la ville de Toulouse.
Nous avons débuté la soirée au Muséum d’Histoire Naturelle où nous avons été accueillis par le personnel du musée qui arborait… des masques de chat. Et pour cause, à l’occasion de l’exposition temporaire sur les chiens et les chats, le musée a proposé aux visiteurs de partir à la recherche de chats cachés tout au long du parcours, spécialement plongés dans la pénombre. A la clé, le gagnant, tiré au sort, a eu droit à une nuit privatisée au musée, en famille ou entre amis.
Cette nouvelle manière de visiter le musée a principalement attiré les familles. Mais on pouvait également croiser de nombreux jeunes adultes. Le brouhaha permanent, présent dans le musée, donnait à l’ensemble un aspect convivial.
Initiative intéressante: le musée a mis à contribution des élèves du collège Émile Zola qui ont réalisé de la médiation autour de la baleine. Le squelette suspendu au-dessus de nos têtes, nous avons ainsi découvert l’histoire du squelette et le mode de vie de la baleine.
Nous avons interrogé les élèves qui nous ont expliqué que ce projet avait déjà été réalisé l’an dernier et qu’ayant remporté du succès, il s’est réitéré cette année. Ils sont plutôt satisfaits de cette expérience.
La soirée s’est poursuivie au musée des Augustins où les visiteurs ont pu découvrir les œuvres d’une manière plutôt spéciale. En effet, pour l’occasion, le musée a réalisé un partenariat avec les siestes électroniques qui ont plongé l’ensemble du musée dans une ambiance musicale aux sonorités planantes. Des sièges et des poufs étaient placés dans toutes les salles du musée et le cloître était éclairé par des lanternes et des bougies.
Tout comme le muséum, le musée des Augustins a mis à contribution des élèves de 6 ème , du collège Hubertine Auclert, cette fois-ci, qui ont réalisé des masques en carton, inspirés de la sculpture de Saint Michel terrassant le démon, datant du XVème siècle. Les visiteurs pouvaient se photographier en portant ces masques.
Les élèves avaient également réalisé des sculptures en argile et peint des chimères.
Pour finir la visite du musée, nous sommes montés à l’étage où sont exposés de nombreux tableaux, et nous avons assisté à un atelier de danse. Après 15 minutes d’échauffement, les visiteurs volontaires ont réalisé une chorégraphie de danse contemporaine, en reprenant les positions représentées sur l’un des tableaux de la salle. Charge aux spectateurs de deviner de quels personnages il s’agissait.
Pour finir la soirée, nous nous sommes rendus au musée Saint Raymond où nous avons été accueillis par un artiste de cirque, suspendu à une chaise dans la cage d’escalier. En montant au 1 er étage, nous avons profité d’un concert de guitare réalisé par un artiste qui avait le visage peint de blanc, faisant écho aux bustes exposés dans la salle.
Puis des intervenants ont mimés les reliefs représentant les travaux d’Hercule, qui sont exposés de manière permanente dans le musée.
Si vous n’avez jamais eu l’occasion d’assister à la nuit européenne des musées, sachez qu’elle vous propose une manière originale et vivante de découvrir les différentes œuvres exposées.
Alors même si vous n’êtes pas amateur de musées, essayer d’aller y faire un tour l’an prochain. Vous pourrez avoir des surprises.

Séverine THEME