Interview de quelques membres du jury…

C’est après la grande finale, en se frayant difficilement un chemin parmis les étudiants, une part de savane à la main, que nous avons récolté pour vous quelques interviews.

Patrick Fraysse, membre du jury et chercheur en Sciences Humaines et Sociales, nous a confié qu’il était impressionné par les performances de chaque finaliste qui mêlaient qualité et originalité ainsi que par l’organisation réussie du PTUT.
C’est de façon “humoristique et décalée” que les 15 candidats ont su faire preuve “d’un grand talent d’écriture” pour ces discours.
Mr.Fraysse a accepté de participer à cette première édition du Challenge de l’Eloquence de l’IUT avec l’envie de montrer que les étudiants d’info-com savent allier l’écriture et la parole avec éloquence.
L’enthousiasme de ce professeur se perçoit via ses implications récurrentes dans la vie des étudiants par le biais des différents challenges proposés.

Quelques parts de gâteaux plus tard, c’est au tour de Marc Paez, étudiant en master de Droit des Affaires, de répondre à nos questions. Pour le grand gagnant de l’As de la plaidoirie, être un membre du jury n’est pas une tâche facile. Plutôt compliqué pour quelqu’un nommé président des jurés du Challenge de l’Éloquence, n’est-ce pas?
Il décrit sans hésitation les discours des candidats comme des “puits de culture” car “chacun a son univers” et nous y invite à travers différentes interprétations.
Tout le monde a un candidat favori, l’heureuse élue n’est autre que Lou Robert.
Sa “voix douce”, son humour et son autodérision ont charmé notre jury qui nous confie l’avoir “adoré”. Cet As de l’éloquence serait partant pour participer à une prochaine édition du challenge.

Hélène Cussac, enseignante-chercheuse et professeur d’expression, tient à exprimer sa fierté envers les finalistes qui ont rendu cette après-midi “très riche”. Rappelons que son cours était centré autour de la rhétorique orale et écrite.

En tant que commanditaire du projet, Hélène Cussac est “relativement contente” du travail accompli par les 4 étudiants en projet tutoré. D’après elle, “tout n’était pas parfait” mais les exigences n’étaient pas les mêmes que pour des professionnels.
Ce projet est intéressant dans la mesure où c’est “une expérience de montage d’événement”.
C’est le mot “cohésion” qui reviendra plusieurs fois au cours de la discussion. En effet, selon elle, cet événement a permis de renforcer la cohésion entre les différentes options ainsi qu’entre les première et deuxième années.

C’est le sourire aux lèvres qu’elle nous confie avoir pour projet d’intégrer d’autres départements d’info-com ainsi que d’autres IUT du sud de la France ! Il y a donc de la nouveauté dans l’air, mais il va falloir être patient.

Etant curieuses, quelques questions à propos du financement du projet ont aussi été posées. En plus de demander à nouveau ce projet dans le cadre d’un projet tutoré l’année prochaine, Mme Cussac compte monter un dossier afin de le présenter devant la commission de Direction. Ceci permettrait alors d’avoir un financement plus important.
Cependant, le budget actuel a tout de même rendu possible le financement d’un déjeuner pour les membres du jury, la collation de la finale, l’impression des affiches ainsi que les trois prix des gagnants qui sont de sommes assez conséquentes.

Cet article ne pouvait évidemment pas s’écrire sans l’interview de Laurent Morillon, professeur de communication.
C’est par mail, que l’enseignant a accepté de répondre à nos questions. Il s’est senti “très honoré mais surtout très content” lorsque Louis Motta lui a proposé de participer à cet événement en tant que membre du jury.
Il nous avoue avoir été “agréablement surpris par les prestations proposées” qui plus est par des étudiants de première année seulement. En effet, être capable de proposer des prestations de ce niveau devant un amphithéâtre bondé n’est pas chose aisée.
L’enseignant nous confie alors qu’il ne sait pas si il aurait “été capable de telles performances à 18 ans”.

C’est avec plaisir que Laurent Morillon participerait à une prochaine édition du Challenge de l’Eloquence, cependant, il pense qu’il serait plus judicieux de “renouveler régulièrement les membres du jurys afin d’éviter que la routine s’installe”.
Nous retiendrons tout particulièrement cette phrase pleine de sagesse: “Ce n’est pas le tout de savoir écrire un discours pertinent. Il faut savoir le déclamer avec talent”.

Après cette après-midi folle à courir après les informations, un verre d’oasis à la main, nous tenons à remercier les membres du jurys qui ont prit le temps de répondres à toutes nos questions.

Eulalie Hne


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *