L’habitat participatif, habitat écologique

Se regrouper, vivre en communauté, partager de valeurs communes, faire des choses de façon collective, c’est avant tout le but de l’habitat participatif. En France, le concept se développe vraiment dans les années 70 et refait surface aujourd’hui. C’est à Toulouse que le concept se développe le plus, notamment avec le projet d’habitat participatif dans le quartier de la cartoucherie.

Habitat participatif

De plus en plus d’adeptes ont l’écologie pour valeur commune.

Bien entendu, se partager les frais de construction et se regrouper sous le même toit permet de faire des économies pour le porte-monnaie. Mais même si l’on n’a pas pour ambition de construire un habitat purement écologique, le concept d’habitat participatif favorise tout de même les comportements favorables au respect de l’environnement.

Car en effet, préserver la nature c’est aussi prendre en compte le milieu dans lequel on vit. Le domaine de l’habitat est connu pour avoir un important impact sur l’environnement et c’est d’ailleurs pour cela qu’il est pris en compte dans le calcul de l’empreinte écologique. De ce fait, l’habitat participatif est souvent synonyme de l’habitat écologique.

Tout comme les habitants de l’Ouvert du Canal, bon nombre d’adeptes du concept maintiennent le respect de l’environnement est au centre de leurs préoccupations. De fait, ils choisissent de respecter la nature dès la conception de leur demeure, dans sa logique de construction et avec des matériaux adaptés. Par exemple, en prenant en compte l’exposition du soleil aux différentes heures de la journée, ou en choisissant des isolants comme la laine minérale et laine de bois.

Qui dit écologie dit aussi, gestes éco-responsables. Les habitants prennent donc part à différents gestes simples du quotidien en faisant attention à leur consommation quotidienne jusqu’au moyen de transport qu’ils choisissent.

L’habitat participatif est donc un concept qui fait séduit de plus en plus de personnes, et qui progresse dans une logique de développement durable, c’est-à-dire, permettre à tous de bénéficier des ressources naturelles en respectant les piliers économique, écologique et social.


 

Chrystel Lebrun

Leave a Reply