Le dictionnaire bordélique de la mythologie #1

MYTHOLOGIE NORDIQUE ou GERMANIQUE : Jörmungand

La Terre est ronde, n’en déplaise aux platistes, mais il se peut que des siècles avant notre ère elle eût été un petit écoumène ornementé d’une ceinture tout à fait extraordinaire. Vous n’avez donc jamais entendu parler de Jörmungand, le serpent de Midgard, dans la mythologie nordique ?

Loki est un dieu très rusé qui n’a pas d’autres buts que celui de faire le mal. Il séduit autant qu’une flamme vive, brûle autant qu’un incendie, et si la mort avait un visage, ce serait le sien. Encore faudrait-il qu’il ne puisse pas en changer ! Car le dieu est changeant, trompeur, manipulateur et corrupteur… “Splendide d’apparence, mauvais de caractère et très changeant de comportement” décrit suffisamment bien le personnage.

Ce dieu perfide a eu plusieurs enfants et parmi eux Jörmungand, un gigantesque serpent aux écailles plus dures que l’acier qui de sa gueule béante dégueule perpétuellement un mortel venin. Mais si Loki ne sème sur son chemin que tromperie et infortune, ses enfants sont synonymes de chaos et de désolation, selon les prophéties. Ces prophéties disaient qu’une bataille aurait lieu, durant laquelle tout disparaîtrait. C’est ainsi que dès son enfance, Jörmungand fut jeté à la mer par les autres dieux, qui craignaient de grands dégâts.

Ce que les autres dieux n’avaient cependant pas prévu, c’est que le serpent continuerait à grandir sans jamais s’arrêter. À tel point qu’il finit par entourer le monde de Midgard, le monde des humains, et se mordre la queue. Depuis ce jour il était la cause des raz-de-marée, ses mouvements entraînant irrémédiablement la mer sur Midgard.

Parmi les créatures fantastiques de la mythologie nordique on trouve les géants, fils du premier être vivant, personnifications des forces de la Nature, prédécesseurs et ennemis des dieux, appelés jötnar et habitant Jötunheimr. Le roi-géant, Utgarda-Loki, un jour hébergea Thor et ses compagnons et décida de les humilier. Il prépara alors des défis impossibles pour chacun d’eux qu’il rendit simples d’apparence par des illusions visuelles. Ce fut la première rencontre entre Thor et Jörmungand : le roi-géant fit du serpent un petit chat aux yeux de Thor qui fut chargé de le soulever. Plus Thor forçait pour soulever le chat, plus celui-ci s’allongeait mais ses pattes jamais ne quittèrent le sol. Juste une patte. Thor réussit à faire décoller une patte. La supercherie fut révélée le lendemain et Utgarda-Loki dut admettre que soulever une patte de ce chat était un exploit en soi, et de cet événement tous les géants furent impressionnés.

Une autre aventure opposa Thor au fameux serpent. Un beau jour, Thor avait décidé d’aller pêcher avec le géant Hymir. Il s’était pour cela muni d’une bonne canne à pêche et d’un appât pour le moins original : une tête de bœuf. Le dieu du tonnerre exigea du géant qu’il l’amena le plus au large possible. Tandis que Hymir pêchait deux baleines, Thor, toujours dans l’excès, pêcha Jörmungand. Il le hissa à bord du bateau frappa avec son mythique marteau Mjöllnir, et le serpent sombra. Une autre version raconte que une fois le serpent hissé hors de l’eau, le géant Hymir, prenant peur, aurait coupé la ligne. Thor, furieux, tua le géant. D’autres variantes du mythe disent aussi que Thor tua le serpent mais ces versions sont contestées par Snorri Sturluson, auteur de l’Edda, référence dans la mythologie nordique.

La vie de Jörmungand continua, comme celle de nombreux autres personnages, jusqu’au Ragnarök, jusqu’à la fin du monde, jusqu’à l’ultime bataille entre géants et dieux. Selon la prophétie, seront libérés Loki et ses enfants, et Jörmungand se déchainera et provoquera les plus puissants raz-de-marée. Cette bataille marquera la mort de tous les dieux et des tous les Hommes hormis un couple. Durant la bataille aura lieu l’ultime confrontation entre le dieu Thor et Jörmungand, plus grand, plus venimeux, plus effrayant que jamais. Les deux combattraient jusqu’à ce que le serpent trépasse. Thor triomphant pourra ne faire que neuf pas avant de succomber du mortel venin de Jörmungand, le serpent de Midgard.

Ainsi s’achève le mythe de Jörmungand, le serpent de Midgard (prononcé “Iormoungander” en suédois). Il est temps de refermer le livre poussiéreux des mythologies, mais nous l’ouvrirons à nouveau, bientôt, pour un autre mythe.

Célia Vincendeau, Marjolyne Cordier


Leave a Reply