La face cachée de la téléréalité

Nous sommes jeudi, à 20h le nouvel épisode inédit des “Marseillais aux Caraïbes” va commencer… Depuis le confinement, et en raison de certains rebondissements, w9 a connu de fortes audiences allant jusqu’au million de spectateurs. La télé-réalité est un divertissement qui plaît de plus en plus aux auditeurs, mais quelles en sont les conséquences ?

Depuis le collège, la télé-réalité est un sujet dont nous ne pouvons échapper aux récréations. A cet âge là, l’émission phare était Secret Story de la chaîne TF1, puis Les Anges diffusé sur NRJ12, et enfin aujourd’hui Les Marseillais ou les Princes et Princesses de l’Amour sur la chaîne W9.

Chaque chaîne avait le droit à son heure de gloire pratiquement tous les soirs de la semaine. Certains étaient abonnés à leur épisode quotidien, tandis que d’autres n’y prêtaient pas attention. Mais avec l’émergence des réseaux sociaux, et notamment de Twitter, l’épisode inédit devient le rendez-vous des twittos pour partager leurs réactions. La télé-réalité, du divertissement à l’abrutissement ?

Des témoignages choquants d’anciens candidats

En octobre 2017, Jessy de son vrai nom Jessica Errero, prenait la parole sur l’émission Touche Pas à Mon Poste! dénonçant la manipulation de la production des Marseillais (ayant participé à deux saisons).

Sa mère, l’accompagnant sur la plateau,  affirme que sa fille avait totalement changé à cause de la télé-réalité. Devenant très influençable, elle se montrait nue à la télé, et changeait complètement de comportement. Jessy, à son tour, avoue que dès son arrivée dans l’émission, avant que son copain n’arrive, la production la manipulait en lui disant que son copain n’était pas fait pour lui, qu’il lui mettrait des bâtons dans les roues dans sa carrière, et qu’il fallait qu’elle s’en sépare….

De plus, la drogue reste un énorme problème sur ces tournages. Plusieurs témoignages sont sortis, notamment sur la chaîne youtube du journaliste Sam Zirah dans lesquels plusieurs candidats de télé réalité sont venus se plaindre de ce fléau.

Les drogues, que ce soit cannabis ou cocaïne, circulent sur ces tournages, ce qui entraîne des comportements violents envers les autres candidats. Si vous connaissez un peu la télé-réalité, vous avez du entendre parler d’Aurélie Dotremont, une candidate emblématique des Anges. En février 2019 la chaîne NRJ12 diffusait les Anges 11. Nathanya, une nouvelle candidate, était victime de harcèlement moral de la part de cette autre candidate. 

Nathanya s’est confiée depuis sur la chaîne de Sam Zirah en expliquant qu’Aurélie n’était pas souvent dans son état normal, qu’elle était violente verbalement et physiquement à cause de la cocaïne. 

La production fait tout pour avoir de l’audience et une certaine visibilité, quitte à laisser des candidats dangereux (comme Senna, candidat accusé de violences conjugales sur sa femme enceinte, mais qui avait été invité à la prochaine saison des Anges…).

Une influence négative envers les plus jeunes

Lorsque nous regardons la télé-réalité, nous ne pouvons nous empêcher de remarquer que les femmes et les hommes sont des énormes clichés. 

Tout d’abord, la plupart des hommes trompent leur copine, draguent beaucoup de filles, et sont d’énormes “tombeurs”. Quant aux filles, elles sont sexualisées, elles sont souvent dénudées face à des millions de téléspectateurs et les productions en profitent, car ils utilisent ces femmes (du moins leur corps) pour gagner de l’audience. 

De plus, quand on les voit dans ces magnifiques maisons à des endroits paradisiaques, depuis nos appartements de 15m² cela fait rêver… 

Inconsciemment, les spectateurs reproduisent le même comportement : à force de voir les candidats tromper leur copine, on finit par banaliser la tromperie d’autant plus que la personne trompée passe pour une candidate hystérique (elle est accusée en étant la victime en soi). 

Ces comportements influencent le spectateur, souvent jeune, à reproduire le même schéma. Les jeunes en quête de personnalité, s’identifient à certains candidats. Sauf que la télé-réalité véhicule des valeurs nocives, comme l’hypocrisie entre ami.e.s, l’agressivité verbale et parfois même la violence. 

D’après une étude de l’éducation nationale, “le visionnage très fréquent de la télé-réalité fait perdre à ses jeunes spectateurs quelques points dans leur moyennes”, après leur personnalité, c’est sur la scolarité des spectateurs que ces émissions ont des conséquences.

Pour finir, il y a un réel problème de prostitution dans ce genre d’émission. Jeremstar avait interviewé une ancienne candidate de télé-réalité qui a découvert qu’un réseau de prostitution était lié à ces programmes diffusés généralement sur NRJ12 et W9.

Ces jeunes femmes augmentent leur tarif grâce à leur popularité, en se faisait remarquer par des footballeurs ou hommes politiques qui appellent directement les émissions pour payer leurs services. 

La télé-réalité, simple passe-temps en apparence qui se transforme rapidement en référence pour les spectateurs (sur les comportements, la façon de parler, les relations…) est très nocive. Ces émissions incitent les jeunes à faire pareil, à idéaliser une vie de luxe en vendant seulement son apparence et en dissimulant tous les travers de ce mode de vie qui mise désormais tout sur l’argent.

Comme on peut le constater, le monde de la téléréalité n’est pas tout rose comme pourraient le suggérer les images véhiculées par les émissions ou les candidats sur leurs réseaux. L’émission de Canal+, Spécial Investigation, a d’ailleurs diffusé un épisode intitulé « Histoires secrètes de la télé-réalité » pour montrer l’envers du décor de ces émissions.

Vous êtes libres d’être consommateurs de téléréalité mais, comme pour tout autre programme, regardez avec un oeil averti afin de garder un regard critique sur ce que vous voyez et écoutez !

N'hésitez pas à partager ou à nous suivre sur les réseaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.