Kit de survie contre l’ennui

En cette période un peu tristounette, chacun d’entre nous essaye de s’occuper comme il le peut. On rêvasse, on procrastine, on mange, on fume, on étudie et on regarde par la fenêtre pour s’imprégner des derniers rayons du soleil. On espère peut-être y voir apparaître le monde de Narnia, dans lequel on sauterait à pieds joints pour échapper de notre réalité anxieuse.

C’est pourquoi je vous propose de voyager sans bouger de votre canapé, de vous évader plus loin que vous n’auriez jamais pu l’imaginer grâce à cette liste (non exhaustive) de quelques livres qui m’ont permis de bondir dans un monde parallèle, sans Covid. Bonne lecture !

Les dieux voyagent toujours incognito, de Laurent Gounelle

J’ai découvert cet auteur à travers ce livre, qui restera pour moi le meilleur qu’il ait pu écrire. L’histoire entre un précepteur et son élève est entraînante et palpitante.

« Imaginez. Un homme vous sauve la vie, en échange de votre engagement de faire tout ce qu’il vous demande…pour votre bien. Le dos au mur, vous acceptez, et vous vous retrouvez embarqué dans une incroyable situation où tout semble vous échapper. Vous n’êtes plus le maître de votre vie et pourtant…à bien des égards, elle est plus excitante qu’auparavant ! Mais peu à peu, le doute s’installe en vous : quelles sont les intentions réelles de cet homme qui s’est immiscé dans votre existence ? Qui est-il vraiment ? […] Cette histoire qui nous plonge dans l’atmosphère envoûtante d’un été parisien, ouvre la voie de la plus belle des réflexions sur nous-mêmes : qu’est-ce qui peut nous permettre de dépasser nos inhibitions, nos peurs et nos conditionnements, pour sortir du chemin tout tracé de notre vie lorsque celle-ci ne nous apporte pas pleinement satisfaction ? »

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, de Harper Lee

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, c’est le premier livre que je me suis achetée par moi-même, sans obligation scolaire. J’étais très jeune et je l’ai trouvé sur un vide-grenier, ça a de suite été un coup de foudre, avec l’auteur et avec la lecture.

« Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort. »

Et que ne durent que les moments doux, de Virginie Grimaldi

J’ai lu absolument tous les livres de Virginie Grimaldi, c’est une auteure qui laisse une trace chez son lecteur à chaque coup de plume. Ce livre est fascinant, émouvant et une fois que vous aurez ouvert la première page, vous ne le poserez plus avant d’avoir lu la dernière.

« L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.
C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin. »

Appelle moi par ton nom, de André Aciman

J’ai lu ce livre lors d’une période de grande solitude au lycée, il m’a permis de relativiser, de me remettre sur pieds et de croire de nouveau en la beauté du monde et des relations humaines.

« Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature.
Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. Quand l’été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d’Elio lui fait savoir qu’il est loin de désapprouver cette relation singulière… »

La chambre des merveilles, de Julien Sandrel

Ce livre est frais, juste, drôle et bouleversant, les personnages attachants : ne serait-ce pas les ingrédients parfaits pour une lecture poignante ?

« Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.
En rentrant de l’hôpital, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans.. »

Tout le bleu du ciel, de Melissa Da Costa

Un roman bouleversant, rempli d’émotions, de bonheur et de profondeur. C’est un voyage immense depuis votre chez vous.

« Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile. »

La femme du gardien du Zoo, de Diane Ackerman

Vous serez plongé en pleine Seconde Guerre Mondiale, au sein d’une famille incroyable de beauté et d’humanité.

« Avant que la guerre n’éclate, Jan et Antonina Zabinski dirigeaient le zoo de Varsovie. Leurs animaux n’ont pas survécu à la barbarie – les uns tués sous les bombardements, les autres expédiés à Berlin pour l’agrément des dignitaires du Reich, quand ils ne servaient pas de gibier aux fusils allemands. L’idée vient alors aux époux d’élever du bétail, pour nourrir les troupes, mais aussi les habitants du ghetto. Quant au réseau de souterrains reliant les cages, ils décident d’y cacher des juifs et de les aider à fuir la Pologne. Grâce au courage des deux époux, trois cents d’entre eux seront sauvés. »

Tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi

Il s’agit du premier livre que j’ai lu de Virginie Grimaldi. Drôles, attachants, cocasses et altruistes, les personnes ont tout pour faire fondre nos cœurs.

« Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, à Biarritz, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent : les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire. »

Cœur de cristal, de Frédéric Lenoir

Cœur de cristal est une de mes dernières lectures ! Ce conte initiatique se dévore sans effort et nous plonge dans un monde inondé de bonté, d’amour et de bienveillance.

« Il était une fois…Dans un royaume lointain, un jeune prince est victime d’un terrible sort : son coeur, enveloppé d’une gangue de cristal, ne peut ni vibrer ni aimer. Seul un feu d’amour brûlant permettrait de faire fondre le cristal et de libérer son cœur. Alors qu’il est en âge de se marier, et malgré tous ses efforts, aucune femme ne lui inspire cet amour. C’est ainsi qu’il décide de partir sur les routes du monde, à la recherche de celle qui le délivrerait du maléfice. Semée de bien des obstacles, sa quête l’amène à méditer sur le sens de la vie, mais aussi à découvrir le redoutable secret qui pèse sur sa naissance. »

Au petit bonheur la chance, de Aurélie Valognes

Jean est un enfant hilarant, logorrhéique et d’une réflexion incroyable pour son âge. L’amour qu’il porte pour sa grand-mère défie le temps et les frontières qui se dressent entre eux.

« 1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus. Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un cœur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot.
Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon. Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie. »

N'hésitez pas à partager ou à nous suivre sur les réseaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.