Étudier en écoutant de la musique : entre notes et mélodies

« Tu écoutes de la musique pendant que tu révises les cours de philo ? »

Au premier abord, cette phrase interrogative peut être aussi banale qu’un : « Comment vas-tu aujourd’hui ? ». Pourtant, celle-ci a suscité une vive réaction de la part de mes anciens camarades de lycée ; quand un jeune artiste de ma classe s’est exprimé sur son quotidien. Pendant la période intensive des révisions, à l’approche du baccalauréat, il devait jongler entre séances studio et séances studieuses. Depuis ce jour, je me suis intéressée au rapport qu’avait cet élève : celui d’écouter de la musique pendant ses exercices et ses révisions scolaires. A ma grande surprise, il n’était pas le seul à pratiquer cette habitude plus au moins commune, finalement.

Afin d’exploiter ce sujet, je me suis appuyée sur des études portant sur les effets de la musique au niveau de notre cognition. Puis, je suis partie des résultats d’une enquête des pratiques musicales sur un jeune public, pour ensuite réaliser ma propre petite investigation.

Études et résultats en guise d’intro

Pour commencer, Laura Ferreri, chercheuse et docteure en psychologie cognitive à l’Université de Pavie (Italie) avance que : « la musique a un effet d’amélioration de la mémoire par la modulation de l’activité cérébrale préfrontale ». Autrement dit, la musique favorise l’efficacité de la mémoire à long terme et particulièrement chez les jeunes enfants. D’où le fait que nous connaissons encore quelques comptines qui ont bercé notre enfance : « Frère Jacques, Frère Jacques, Dormez-vous ? … »

Après la mémorisation, penchons-nous sur la concentration. Selon une étude de l’université de Cambridge (Angleterre), les musiques instrumentales et sans paroles augmentent davantage la concentration, au détriment de celles qui en contiennent. Pourquoi ? Parce que la partie du cerveau utilisée pour lire, apprendre et écrire est activée lorsque nous écoutant des paroles. Elle est donc sollicitée pour deux activités (faire ses devoirs et écouter les dernières tendances Rap), qui peuvent s’avérer distinctes au même moment, et cela restreint les performances mentales.

Ensuite, les recherches provenant de l’étude « The Effect of Music Listening on Work Performance » réalisée par la professeure et chercheuse Teresa Lesiuk, soulignent l’efficacité des sons rythmés aux mélodies exaltantes au niveau du travail. A travers ces dernières, il est reconnu que les personnes écoutant de la musique en travaillant ont tendance à plus vite finir leur tâche, et à proposer plus d’idées innovantes. Ainsi, la réactivité et la productivité sont stimulées à leur maximum, dans le cas où nous écoutons des musiques entraînantes et qui nous plaisent.

Clôturons l’introduction avec quelques chiffres. L’enquête  « Baromètre 2019 : Jeunes, Musique et Risques Auditifs » réalisée par le bureau d’études et consultants Sociologie & Conseil (SoCo), montre que sur 8 599 collégien·ne·s et lycéen·ne·s : 54 % d’entre eux écoutent de la musique au moins 2 heures par jour, et 1 sur 2 déclare en écouter pendant ses devoirs. Des résultats intéressants, et qui en disent long sur l’omniprésence du 4 ème art dans la
vie des jeunes adolescents.

Des approches différentes

Pour les étudiants dans le supérieur, j’ai trouvé plus pertinent de me rendre sur le terrain et de les interroger sur le sujet.

Ouvrons le bal avec Rania, qui étudie la psychologie en deuxième année d’université. Elle écoute de la musique, « dès l’instant où l’exercice est laconique et rapide à traiter », m’a-t-elle dit. Ces derniers peuvent prendre l’apparence de simples relevés statistiques ou de questions sur un texte court. « Généralement, les questions sont abordables, de même que le texte est
facile à comprendre », a-t-elle ajouté. De plus, Rania prête son oreille à tous genres musicaux quand elle travaille. Elle peut tout écouter, du jazz, en passant par de la pop latino, à de l’afrotrap. Mais, elle laisse le rock de côté, à croire que le son de la guitare électrique ne lui plaît pas tant que ça.

Poursuivons avec Maylis. Étudiante en information et communication, elle a une petite technique pour apprendre les longues définitions des cours théoriques. Elle met sur écoute des musiques mélodieuses et alterne les syllabes des mots de la leçon et les notes de la chanson, afin de mieux mémoriser les phrases. Une méthode qui jongle entre effort et plaisir, mais qui
porte ses fruits au vu de ses bons résultats.

Quant à Baptiste, étudiant en année de césure et puriste de Rap américain, il tient un rapport profond avec la musique. Il épouse celle-ci pendant qu’il pratique du sport, dans les transports en commun, et quand il est invité à un événement privé en compagnie de ses amis. « Cependant, pendant les révisions de mes examens, c’était impossible pour moi d’avoir de la musique avec paroles dans mes écouteurs », m’a-t-il confié. La perturbation et la déconcentration surviennent rapidement, quand les mots de la chanson prennent le dessus sur ceux de la leçon. Il préfère alors, étudier au milieu d’œuvres musicales sans paroles et calmes, pour l’aider à se concentrer.

Enfin, personnellement, étant passionnée de musique depuis mon plus jeune âge, j’en écoute de l’aube jusqu’au coucher de soleil. J’aime ces mélodies véhémentes et ces paroles de tous les horizons qui font réfléchir. Pourtant, je suis le type de personne qui préfère étudier dans la tranquillité, même si je commence progressivement à en écouter, surtout, lorsqu’il s’agit d’écrire.

Les derniers mots de l’outro

Nous pouvons conclure, qu’il peut exister un paradoxe marqué : entre la distraction que provoque la musique chez certains, et la concentration qu’elle procure. Cela dépend de chacun, et de la manière dont on se sert de cet art universel.

Je suis plutôt d’humeur généreuse, et c’est pour cela que je vous partage 3 applications /plateformes avec lesquelles vous pourrez écouter de la musique pour la concentration, la productivité et autres :

  • Focus@Will (trouver la musique idéale pour la concentration)
  • Spotify (avec des playlists conçues pour les devoirs)
  • Studytracks (pour réviser les leçons en chantant)

Je pose une note finale à cet article, avec une citation du poète et écrivain Victor Hugo : « La musique exprime ce qui ne peut pas être dit et ce sur quoi il est impossible de rester silencieux. »

Merci d’avoir pris le temps de me lire, chères lectrices et chers lecteurs.

N'hésitez pas à partager ou à nous suivre sur les réseaux !