Movie analysis #2: “Captain America, The Winter Soldier”

Hello again to the cinephiles community!

As yesterday article introduced you to the English class initiative, students from the Information-Communication Technology Institute in Paul Sabatier realized  wonderful supervised movie and shot analysis… In order to give them the credit they deserve, we decided to give you some taste of their work.

You’ve been rigorously watching the Marvel Comics saga and you’re wandering what you might have been missing? Just press play… And enjoy!

(Credits: Tiago Da Costa Fernandes)

If you missed the “American Beauty” film analysis, you can find it here.

 

Movie analysis #1: “American beauty”

Hello to all film-lovers!

Within the framework of the English class, students from the Information-Communication Technology Institute in Paul Sabatier were asked to express their critical thinking. Through supervised movie and shot analysis, they excelled at perceiving in-depth norms: semiotics, color, subtext and so on…

To learn more about your favorite films, just press play… And enjoy!

(Credits: Laurie Pebeyre)

To be continued…

Café Infonum Round 2 !

Comme promis, on vous tient au courant pour le deuxième Café Infonum ! Il  aura lieu le jeudi 25 octobre 2018 de 11h à 13h en salle Escarpit (au rez-de-chaussée). Cette fois-ci, notre invitée est Emilie Laurent, Knowledge Manager (Capitalisation des connaissances) chez Continental depuis 2014.

Si le monde de la veille vous intéresse, ce sera pour vous l’occasion  de participer à ce café gourmand muni.e.s de vos questions pour profiter de son expérience.

Solene Mizele

REGARDEZ, CHOISISSEZ, RECOMMENCEZ AVEC NETFLIX !

Le nouvel exploit de Netflix qui risque de changer l’univers des séries TV.

©️ Wikimedia Commons

Binge Watchers ou amateurs de séries, vous en avez marre que les personnages que vous préférez meurent dans vos séries ? Que rien ne se passe comme vous le désirez ? Et bien, j’ai une bonne nouvelle pour vous. Il y a quelques semaines, Netflix a frappé fort en annonçant, que la saison 5 de Black Mirror contiendra au moins un épisode interactif !

Black Mirror sera la première série pour adultes à proposer un (ou des) épisode(s) interactif(s). On ne pouvait pas mieux choisir sachant que celle-ci a pour thématique d’aborder les nouvelles technologies et ses dangers au travers d’épisodes indépendants. La date de sortie de la nouvelle saison n’est pas encore révélée mais elle est prévue pour la fin de l’année 2018. De plus, d’autres séries totalement interactives seraient en développement d’après Bloomberg ! On a hâte de voir le résultat…

Un épisode interactif c’est quoi ?

Vous connaissez sûrement les jeux vidéos ou les livres où il est possible de choisir l’avancement de l’intrigue ? Le principe est le même. En fait, durant l’épisode, “vous [êtes] en mesure de faire des choix pour les personnages en faisant évoluer l’histoire au fur et à mesure” comme nous l’explique Netflix sur son site officiel… Un rêve qui devient réalité quoi !

Ce n’est pas la première fois que Netflix propose un contenu interactif. En effet, des séries et films comme “L’épopée du Chat Potté”,” Stretch Armstrong” ou encore “Buddy Thunderstruck” offrent aux petits et tout-petits, la possibilité de choisir la suite pour leurs héros préférés.

Ça changerait quoi ?

Augmentation de l’audimat. Aujourd’hui on sait que ce qui garantie la pérennité d’une série (ou ne serait-ce que sa survie), c’est l’audience !

Ainsi, imaginez-vous suivre votre épisode, choisir son avancement et finir votre scénario. Vous aurez sûrement l’envie de regarder l’une des autres versions. Et c’est là toute l’ingéniosité ! Le fait d’avoir le choix va alimenter la curiosité des personnes et donc augmenter l’audience des séries grâce aux visionnements répétés.

Une révolution pour ce qui est du storytelling. Le storytelling ou “l’art de raconter des histoires” a beaucoup évolué, le storytelling interactif n’est pas nouveau. Mais on connaît l’influence de Netflix dans le monde des séries. Par conséquent, utiliser cette méthode lui permet encore de se distinguer. Connaissant la concurrence qu’il existe entre ce type de plateforme et les chaînes traditionnelles, cela pourrait marquer un tournant et totalement changer notre manière de regarder les séries si ces chaînes traditionnelles et leurs réalisateurs sont attirés par le concept.

En attendant, vous pouvez encore regarder les quatre premières saisons de Black Mirror pour bien vous acclimater à son univers avant la saison 5 qui s’annonce phénoménale.

 

Solene Mizele

 

Films, popcorns et bonbons à volonté

18h, fin de journée. Vous rentrez dans votre coquet petit studio de 10 m², enlevez vos chaussures, préparez de quoi grignoter devant votre série.

Et là, c’est le drame. Vous prenez conscience que vous êtes à jour dans toutes les séries que vous regardiez jusqu’à présent, et qu’il n’y en a plus aucune dans votre liste « à regarder », et y en a marre de regarder à chaque les mêmes ! Encore une fois, nous sommes toujours prêts à vous aider face à l’adversité. C’est pourquoi nous vous avons concocté un petit programme. Et pas des moindres !

 

5 programmes originaux à regarder sur Netflix :

Las chicas del cable :

Nous ne pouvions pas vous parler de Netflix sans vous suggérer une série. Las Chicas del Cable (ou les Demoiselles du Téléphone pour les germanistes) relate la vie d’une femme dans les années 1920, qui pour échapper à la prison, doit jouer les agents doubles dans une entreprise téléphonique. Outre le fait qu’elle soit marquée par de nombreux rebondissements, cette série permet de comprendre la place des femmes dans la société dans l’entre guerre et de prendre conscience des combats qui ont été menés jusqu’à aujourd’hui.

Le petit plus : en la regardant en VOSTFR, vous aurez l’impression au bout de deux épisodes d’être natif espagnol !

Les tribulations de Phil :

Humour, découverte et gastronomie sont à l’honneur.

Sous forme d’une série documentaire, nous pouvons suivre Phil, un américain qui relie ses deux passions : manger et voyager. Ainsi il découvre les quatre coins du globe grâce aux plats traditionnels de chaque pays, de chaque ville. Non seulement à la fin d’un épisode vous désirez découvrir ladite destination, mais en plus de cela vous avez faim !

On vous l’accorde, la thématique n’est pas originale, mais le personnage que nous suivons est très attachant, et nous donne l’envie de faire de le suivre.  

Une série qui fait rêver lorsque nous sommes dans notre lit, à devoir réviser le partiel du lendemain.

Good Girls :

C’est une série américaine qui met en avant trois copines, l’une est une mère célibataire, la seconde est une mère au foyer à la Desperate Housewives et la dernière est une femme dont l’un de ses enfants est atteint d’une maladie grave. Un soir, après trois verres de vins et des monologues sur leur problèmes d’argent, elles décident sur un coup de tête de braquer un supermarché. Seulement, tout ne se passe pas comme elles l’avaient imaginées… affaire à suivre.

A suivre :

Une série de reportages courts (20 minutes environ) qui traite de faits de société. Notamment le premier épisode est sur le phénomène de l’ASMR. Les journalistes nous présentent un point de vue bien différent de celui que l’on peut avoir dans les reportages plus traditionnels, et nous instruit de façon très ludique et intéressante.

Sélène Llamas

Rejoignez-nous au Café InfoNum !

Cette année encore, les étudiants d’Infonum accueillent des professionnels de l’information numérique à l’IUT pour les nouvelles éditions des cafés infonum.

Le premier café se tiendra le 19 octobre 2018 à 16h15 en salle Licence avec la participation de Patrick Laugé, responsable de la veille stratégique chez Pierre Fabre.

L’invité du jour nous présentera son parcours et répondra aux questions des étudiants autour d’un café gourmand. Ce sera l’occasion pour les étudiants d’échanger avec un professionnel de la veille stratégique dans une des plus grandes entreprises pharmaceutiques françaises.

Deux autres cafés infonum seront organisés prochainement avec de nouveaux invités, alors restez connectés !

Coline N et Alice L

Space facts : se sortir de situations gênantes.

La rentrée est encore aussi fraîche que les journées d’automne qui se profilent à l’horizon.

Certes nous ne somme pas encore à ce stade de “il fait froid et je rentre il fait nuit”, mais préparons nous à ces jours à venir en faisant chauffer nos cerveaux. Quoi de mieux que d’apprendre des fun facts sur notre système solaire et les planètes qui le compose ?

Toujours utile à sortir pour se donner l’air plus intelligent ou juste éviter un malaise social.

(ne vous arrivera plus: testé et approuvé par la communauté)

 

Commençons par celui qui nous manquera le plus cet hiver, le soleilCette étoile qui à déjà atteint la moitié de sa vie ? Elle qui nous paraît être la grand-mère feuillage du système solaire est en fait une jeune pousse de seulement 4 milliards d’années environ. Sa vie est pourtant déjà toute tracée, d’ici quelques milliards d’années il deviendra une “géante rouge” beaucoup plus brillante mais plus froide. La fin de sa vie n’est pas un secret non plus, le noyau de cette étoile, indispensable à nos formes de vie, finira par s’effondrer pour devenir une naine blanche puis noire.

Jupiter,la géante du système solaire nous intrigue tous. Son incroyable tâche orangée n’est pas un coup de pinceau au hasard mais une tempête qui sévit depuis des siècles et qui fait accessoirement la taille de trois fois notre terre. Jupiter énervée ? Je ne vois pas de quoi on parle.

(cr: nasa)

En parlant de tempête, saviez-vous que Vénus, qui tient son prénom de la déesse romaine de l’amour, est constamment sujette à des orages violents à cause de ses gazs à effets de serre qui rendent l’atmosphère toxique ? Maintenant vous le savez, utilisez cette info de façon ludique comme, impressionner l’élu(e) ou juste étaler votre science.

(cr: nasa)

 

Mercure est la planète qui embrasse le soleil de plus près. Elle tient son nom du dieu romain du commerce et des voyages en raison de la vitesse à laquelle elle se déplace. Par contre ce n’est pas une destination idéale à cause des écarts de températures énormes. Près de 430° la journée (même dormir dans un frigo n’aiderai pas) et approximativement -170° la nuit. Un peu l’impression qu’on a fin septembre pour la météo. Moi ? Dramatique ?

(cr: nasa)

Mars, la petite rouge est la seconde plus petite planète du système solaire, ce n’est une surprise pour personne. Mais saviez-vous que des “morceaux” de mars se sont retrouvés sur la terre ? Des scientifiques ont trouvé des traces l’atmosphère martienne sur des météorites. Elles n’ont pas fait un trajet direct et se sont laissé des millions d’années pour graviter autour du système solaire avant de finalement venir visiter la terre.

C’est l’heure d’écouter “I fall apart” merci post malone.

(cr: nasa)

Même si le ciel sera plus souvent couvert, Saturne peut-être observé sans télescope. C’est le 5ème objet le plus brillant de notre système solaire (ne me remerciez pas si vous invitez quelqu’un regarder les étoiles). En plus de ça, Saturne possède plus de 150 lunes dont Titan et Rhéa qui sont les plus grandes et sur lesquelles on aurait aperçu un océan sous la surface gelée. Le plus drôle dans l’histoire ? Ce n’est sûrement pas un océan d’eau.

(cr: nasa)

Inconnue aux yeux des anciens, Neptune est invisible à l’oeil nu et à pu être observée pour la première fois dans les années 1840. Une planète gazeuse qui nous apparaît bleu grâce à la présence de méthane qui agit comme une éponge sur la lumière rouge.

Jupiter est une petite joueuse avec sa tempête. Cette jolie bleu bat tout le monde à plate couture avec sa tache noire, découverte en 1989 avec des vents à plus de 2400 km/heure. Grand mystère car cette tâche aurait disparu aujourd’hui.

(cr: nasa)

Gros manque de sommeil ? No problemo rendez-vous sur Uranus qui fait son voyage autour du soleil tous les 84 ans ce qui laisse 42 ans de jours et donc une trèèès longue nuit. En plus de ça cette planète poésie possède des lunes nommées comme les personnages de William Shakespeare et Alexander Pope(Oberon, Titania et Miranda). C’est aussi une planète qui ne fait rien comme les autres puisque son orbite est rétrograde et contraire à la façon dont la terre et la plupart des planètes se déplacent.

(cr: nasa) 

On termine cet article avec la Terre quasi aussi vieille que Queen Mom. Notre terre est la planète la plus dense du système solaire et c’est la seule à ne pas porter le nom d’une divinité romaine. Les scientifiques ont aussi découvert que nous n’étions pas le centre de l’univers (fun fact: ça vaut pour tout le monde).

(cr: nasa)

En espérant que vous aurez appris quelque chose ou juste rigolé devant les gifs.

 

Eulalie Hne

Comment échapper à la dépression de la rentrée ?

On ne peut plus se leurrer, les vacances, c’est bien fini.
Terminés les apéros à rallonges, lézarder sur la plage, faire des siestes de 10 heures.
Septembre est déjà là. Mais ne vous inquiétez pas, si vous craignez de retomber dans la routine du parfait étudiant, ce ne sera pas le cas !

Et pour cela, nous vous avons concocté un petit programme pour affronter la rentrée avec courage et bonne humeur.

Harry Potter fait aussi sa rentrée

Vous n’êtes sans doute pas passé à côté. Depuis mercredi dernier, Harry Potter à l’école des sorciers est de retour au cinéma, 17 ans après sa sortie.
Eh oui vous ne rêvez pas. Prévoyez donc une soirée nostalgie avec vos amis pour redécouvrir les premiers pas du sorcier. Mais attention il ne sera en salle que peu de temps !

Hope Music Festival

Bien que l’été touche à sa fin, la saison des festivals n’est pas encore terminée. L’Opium Club vous propose un festival de musique du 20 au 22 septembre 2018 à l’hippodrome de Toulouse. Au programme Mosimann, Dj Bens, Shapov et plein d’autres artistes qui vous feront oublier les déboires de la rentrée.
Par ailleurs, les bénéfices de la billetterie seront intégralement reversés à la Maison Des Parents Toulouse, une fondation qui accueille les parents d’enfants malades.
Un festival à ne pas manquer, qui plus est pour la bonne cause.

Le Retour de Charmed

2018 est placée sous le thème de la nostalgie, puisque Charmed fait aussi son grand retour. En effet, la série devrait faire sa réapparition en octobre, mais avec un tout autre scénario que celui d’origine. Les trois sorcières bien connues Paige, Phoebe et Piper ne seront plus présentes dans la série, mais seront remplacées par trois nouvelles recrues qui découvrent à leur tour leurs pouvoirs.
Petits moments de détente en perspective, après une longue journée de cours.
Que demander de mieux ?

L’arrivée tant attendue de Primark

Non ceci n’est pas une blague, l’ouverture du Primark à Toulouse est annoncée pour début octobre ! Espérons cette fois-ci que ce sera bien le cas, et que nous pourrons enfin profiter des vêtements à bas prix que propose la marque.
Son ouverture prévue pour l’été dernier aurait été retardée à cause d’un problème technique, qui a engendré un délai supplémentaire pour une mise en conformité.

« Colore-moi follement »

Color Me Rad revient encore une fois cette année à Toulouse. Au programme, une course de 5km à la base de la Ramée. Attends-toi à ce qu’à chaque kilomètre parcouru, tu reçoives de la poudre colorée. L’objectif n’est pas de faire le meilleur temps, mais simplement de profiter avec tes amis, ta famille dans la joie et la bonne humeur. Tu enchaîneras ensuite avec 4 heures de festival électro. Quoi de mieux pour casser la routine de la rentrée ? Réserve le 7 octobre 2018 pour cette course colorée.

Selene Llamas

 

Bien que cet article soit posté avec un peu de retard, il reste que l’équipe du Curios’IUT compatit sincèrement à vos tracas.

“Nous, si on avait un roi, on s’en foutrait.”

Le prince Harry et Meghan Markle se mariaient le Samedi 19 Mai 2018, il y a 3 semaines déjà… Pourquoi “déjà” ? Nous avons été bassinés avec l’annonce de leur mariage : articles dans les magazines, discussions sur la robe de la future (maintenant) mariée, télé-films princiers l’après-midi sur M6. Toutes les chaînes d’informations du canal français étaient mobilisées le jour J.
Ainsi, je réfléchissais depuis quelques temps à écrire un article sur l’engouement autour de ce mariage, pourquoi une telle communication pour un mariage, princier soit-il ? Puis… Je suis tombée sur cet extrait vidéo, criant de vérité, me donnant mon angle d’attaque rêvé.

 

“Nous, si on avait un roi, on s’en foutrait.”

 

Stéphane Bern illustrant cet événement comme “une parenthèse enchantée” dans un monde conflictuel, les 11.5 millions de téléspectateurs présents devant leurs télés, corroborent cette théorie. Ne vous en déplaise, c’est une démarche moderne, qui “relancera certainement la royauté” (Anne-Claire Coudray) mais, trop de comm ne tue-t-elle pas la comm ?

 

Pourquoi la famille royale, britannique de surcroît, fascine tant ?

Parce qu’il n’est pas seulement question de communication autour du mariage du prince Harry, mais aussi autour du mariage de son frère aîné ou encore, de la venue au monde des enfants de ce dernier…

Cette monarchie 2.0 devient fédératrice et se popularise. Mais qu’y a-t-il en Grande Bretagne qui suscite tant de respect et d’adoration ?

Au fond, il n’est en fait pas uniquement question de personnalités politiques publiques mais d’un modèle économique complètement parallèle. La monarchie est un véritable business qui marche comme sur des roulettes. La fonction politique en tend vers le symbolisme duquel le marketing serait le principal outil.

Selon License Global, l’attractivité engrangée par la famille royale induit des bénéfices considérables. Notamment en période de Brexit, la Grande Bretagne peut se reposer sur les relations diplomatiques entretenues par celle-ci. Cette popularité doit bien être alimentée et entretenue, il n’est pas question de jeter la pierre.

 

Seulement, en France, a-t-on la même considération de nos représentants politiques ? Si publicité il y a, les réactions ne seront généralement pas similaires à celles observées comme lors du mariage princier britannique. Entretenons-nous les mêmes relations ?

Parce qu’entre culte et adoration, la monarchie britannique conquiert bel et bien le monde. Elle aborde les idéaux modernes naissants, gère d’une main de fer son image publique. Et, elle captive grâce au véritable feu : la communication.

 

Flore Grondin


[DOSS] Mais où vont donc nos données ?

Après ma version très optimiste sur les réseaux sociaux, il m’a semblé important de rappeler que ce partage de contenu d’informations sur le net n’est malgré tout pas à moindre coût… Les réseaux sociaux, bien que parfois diabolisés, restent de superbes outils à notre disposition pour partager du contenu positif. Cependant, le contenu en question est d’autant plus sensible qu’il est récemment devenu une véritable révélation pour les usagers des plateformes en question.

 

 

Vous dîtes procès Zuckerberg ?

 

 

Je vous réponds le monde vaste et fascinant du data

Parce que peu importe le présumé degré d’intimité auquel vous aspirez, une information dès lors qu’elle est postée, est jetée dans la fosse aux lions. Votre afflux de données communiquées (data en anglais) est aujourd’hui “le pétrole du 21ème siècle”. Elle est pour certains corps de métiers une véritable monnaie d’échange.

Vous remarquerez cependant que, dernièrement, toutes les applications, bien connues par les mordus de messageries et réseaux sociaux, vous informent de nouvelles politiques de confidentialité de données… Et si on en parlait ?

 

Facebook ft. Cambridge Analytica

Cambridge Analytica est une entreprise britannique, dont a usé Donald Trump lors des élections présidentielles américaines en 2016. Pour l’entreprise pour laquelle “Data drives all we do” (Les données déterminent nos actions), elle est notamment spécialisée dans l’analyse et le profilage de données de masse.

Cambridge Analytica a donc été accusée, d’avoir recueilli les informations de millions d’utilisateurs Facebook, en leur faisant croire une participation à un questionnaire universitaire. Les informations ayant été communiquées, ne se limitaient pas seulement aux réponses mais aussi aux cercles d’amis des usagers…

Sommes-nous alors réellement conscients de ce que nous communiquons et, à l’attention de qui nous le communiquons ? Devrions-nous appréhender ces flux ?

Et bien, à mon avis, fuir des données exploitables(ées) sur les plateformes sociales reviendrait, en somme, à amputer une importance sources d’informations logiques.

Seulement comment instaurer une politique de données lorsque les opportunités que créent ces systèmes de data créent autant d’insécurités que d’opportunités ?

 

Alors prudence est mère de sûreté !

 

Article précédent : [DOSS] Les réseaux sociaux nous rendent-ils service ?

Flore Grondin